En attendant le changement

La ministre en charge du Logement Cécile Duflot a joué ce matin la carte de la transparence avec les associations, expliquant comment les arbitrages budgétaires l'avaient conduite à devoir fermer la plupart des places d'hébergement hivernal malgré ses déclarations du 22 mai dernier.

Elle a réaffirmé sa volonté de trouver des solutions et de bâtir un plan quinquennal pour l’hébergement et l’accès au logement, visant à définir des objectifs, un calendrier et une méthode qui permettent de réouvrir des négociations budgétaires. Elle a également confirmé avoir confié au délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement (DIHALDIHALDélégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement) l'élaboration de ce plan quinquennal pour octobre, en entamant dès aujourd’hui un travail de concertation avec les associations. Celles-ci seront reçues par le délégué la semaine prochaine.

Cet entretien avec les associations a permis de confirmer le volontarisme du gouvernement, affiché dans le discours de politique générale prononcé à l’Assemblée nationale par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault le 3 juillet, avec notamment un plan de lutte contre la grande pauvreté et la tenue d’une conférence "à l'automne avec les associations, les collectivités locales, les organismes de protection sociale, qui sont au coeur de la lutte contre la pauvreté".

 Dans cette attente, force est de constater que la volonté ministérielle se sera heurtée à l’absence de crédits complémentaires, contraignant les préfectures à procéder par redéploiement des budgets existants.

Fermeture des places hivernales

Seuls trois centres d'hébergement situés en région parisienne, "où les besoins sont les plus pressants", resteront ouverts passés le 1er juillet, pour permettre de pérenniser des places qui accueillent notamment des femmes sans abri, dont certaines ont été victimes de violences.

La fermeture des places hivernales laissera donc cette année encore des personnes en grande difficulté à la rue, ou au mieux à l'hôtel. Le maintien des 3 centres d’hébergement ne suffira pas à répondre aux besoins de l’urgence, en Ile de France comme sur le reste du territoire. L’enquête FNARS sur la sortie de l’hiver et la synthèse hivernale montrent que l’ampleur des besoins et l’embolie du dispositif va bien au-delà de paris. Et le principe de continuité ne sera pas à nouveau pas respecté…

Le relogement : une responsabilité dévolue aux SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation, à moyens constants...

Dans sa déclaration, la ministre s’en est remis aux services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation) pour « poursuivre le travail de cas par cas entamé depuis plusieurs semaines et proposer systématiquement une solution de relogement adaptée aux personnes et aux familles demeurant encore en hébergement hivernal" L’instruction signée par Sabine FOURCADE invite les préfets à organiser la sortie du dispositif, d’ici le 1er juillet  via la mobilisation de places d’hébergement et de logement accompagné dans le cadre de l’enveloppe 2012. Tout maintien de places hivernales doit rester exceptionnel, et sera le cas échéant financé par redéploiement.

La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité a tenu à rappeler dans un communiqué de presse certains élements. D'une part, si faciliter l’accès au logement et à l’hébergement relève bien des missions des SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation, il appartient à l’Etat  de garantir le droit fondamental à l’hébergement de toute personne en situation de détresse.  Ordonnance du conseil d’Etat 10 février 2012 : « il appartient aux autorités de l’Etat de mettre en œuvre le droit à l’hébergement d’urgence reconnu par la loi à toute personne sans abri qui se trouve en situation de détresse […] »

D'autre part, les SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation peuvent certes conduire l’amélioration de la prise en charge des personnes sans abri ou mal logées en répondant à la segmentation et à l’absence de coordination du secteur acteurs de l’hébergement et du logement. Pour autant ils ne sauraient répondre seul à l’ensemble des demandes : absence de logement et d’hébergement de qualité disponibles sur les territoires en tension, manque de coordination avec les acteurs du logement, manque de moyens d’observation (notamment des personnes ne sollicitant rien) et de régulation. Rendre les SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation efficaces est justement l’un des objectifs majeurs des réformes en cours, pas un pré requis.

Rompre avec le système saisonnier à terme …

Cécile Duflot a indiqué vouloir "rompre avec un système saisonnier, qui reproduit chaque année son lot de détresse", objectifs auxquels la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité souscrit bien évidemment. Cependant, la mission qu'elle a souhaité confier à la DIHALDIHALDélégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement dans ce cadre ne s’avérera efficace que l’Etat en fait une réelle priorité, pour les ministres comme pour les préfets, en termes de gouvernance comme en termes budgétaires.

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte