Vive l'APL : retour sur une grogne massive et nationale

 

Une mobilisation massive et des coalitions inédites dans toute la France

Samedi 14 octobre, le Collectif Vive l’APL (dont la Fédération des acteurs de la solidarité est membre) s’est rassemblé à Paris sur le parvis de l’Hôtel de Ville à 16 h pour protester contre les mesures d’économie drastiques prévues par le gouvernement sur les aides au logement dans le projet de loi de Finances pour 2018. Associations de lutte contre la pauvreté et les exclusions, associations de locataires, associations de mal-logés, organisations syndicales et bailleurs sociaux ont uni leurs voix pour interpeller le ministre de la Cohésion des territoires mais aussi l’opinion publique sur les effets sociaux désastreux de la réforme. Difficultés renforcées d’accès au logement, accentuation de la précarité des ménages, augmentation du nombre d’expulsions locatives, et érosion des capacités d’investissement du mouvement HLMHLMHabitation à loyer modéré pour construire et entretenir le parc social formeront le lourd tribut de cet arbitrage budgétaire aveugle, en tout point contradictoire avec le « plan quinquennal Logement d’abord » annoncé par Jacques Mézard le 8 septembre. Au total, près d’un millier de militants, de professionnels et de citoyens ont répondu à l’appel du Collectif Vive l’APL pour défendre le modèle français de la politique sociale de l’habitat.

APL

Paris, 14 octobre 2017

Au-delà de la capitale, le mécontentement s’est fait entendre dès 14 h sur l’ensemble du territoire national grâce à la mobilisation de dizaines de collectifs locaux : À Lille, Toulouse, Nantes, Rennes, Grenoble, Dijon, Mulhouse, Poitiers, Le Mans, Caen, Rouen, Nîmes, Toulon, Carcassonne, Dax, Calais, Dunkerque, Roubaix, Tourcoing, Armentières, Vénissieux, Argenteuil, Lorient, etc.

APL Toulouse

Toulouse, 14 octobre 2107

Une bataille qui se joue aussi en justice

Afin de démultiplier les terrains de lutte, le 11 octobre dix organisations du Collectif et vingt-six personnes sans domicile ou mal-logées ont attaqué ensemble le décret et les arrêtés actant la diminution des aides au logement devant le Conseil d’État. Elles ont présenté deux recours complémentaires, l’un en référé afin de suspendre en urgence des dispositions qui impactent immédiatement les locataires, l’autre au fond pour obtenir l’annulation des textes incriminés. La requête est portée par la Fédération des acteurs de la solidarité, la Confédération générale du logement (CGLCGLConfédération générale du logement), la CLCVCLCVConsommation, logement et cadre de vie (Consommation, logement et cadre de vie), la Confédération nationale du logement (CNLCNLConfédération nationale du logement), l’association Droit au logement (DALDALDroit au logement), la Fondation Abbé Pierre, SNUP Habitat (FSU), le collectif Pas Sans Nous, l’Union nationale des étudiants de France (UNEFUNEFUnion nationale des étudiants de France) et l’Union sociale pour l’habitat (USHUSHUnion sociale pour l’habitat).

Le Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement a besoin de vous pour poursuivre sa mobilisation

Tant que le gouvernement ne renoncera pas à la réforme des aides au logement inscrite à l’article 52 de la loi de Finances, la mobilisation du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement et des organisations qui le composent ne faiblira pas. Dès aujourd’hui, les bailleurs sociaux franciliens se rassemblent devant l’Assemblée nationale (insérer le CP) pour demander aux députés le retrait de l’article. Et le Collectif donne de rendez-vous à ses militants et sympathisants le 9 décembre pour une nouvelle journée de mobilisation nationale. Afin de maintenir la pression, la Fédération des acteurs de la solidarité encourage ses adhérents à signer la pétition du Collectif et à former ou à se joindre à des Collectifs locaux en lien avec le secrétariat de Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement.

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte