Bientôt 5 000 emplois en plus dans l’IAE ?

Suite à la mobilisation de la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité, soutenue par de nombreux partenaires, Myriam El Khomri a proposé devant l’Assemblée nationale le 9 novembre 2016 de créer 5 000 ETP supplémentaires dans l’IAE. Ces créations seraient financées par le redéploiement de 20 millions d’euros sur l’enveloppe prévue de contrats aidés.

A l’occasion du projet de loi de finances 2017, la FNARS et ses partenaires ont adressé quatre demandes fortes pour renforcer les politiques d’insertion professionnelle :

  • augmenter le nombre total d’emplois aidés ;
  • augmenter notamment le nombre de postes dans l’insertion par l’activité économique ;
  • freiner la hausse du coût du travail en atelier et chantier d’insertion ;
  • renforcer la capacité d’action du nouveau fonds d’appui aux politiques d’insertion.

Myriam El Khomri reprend la demande de la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité

L’une de ces demandes devrait être satisfaite puisque Myriam El Khomri a annoncé devant l’Assemblée nationale qu’elle souhaitait augmenter de 5 000 ETP le nombre de postes d’insertion, reprenant à son compte la proposition chiffrée de la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité (vidéo à partir de 1h33, Myriam El Khomri sur les crédits de la mission Travail et Emploi).

Cette annonce, qui sera confirmée dans l’instruction de programmation budgétaire de 2017, permettra aux nombreux projets de création ou de développement de structures, aujourd’hui bloqués faute de crédits, d’être lancés. Elle favorisera ainsi le renforcement de l’offre d’insertion sur des territoires en grande difficulté socioéconomique. Elle participe enfin d’une réelle reconnaissance de l’expertise de l’IAE.

La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité et ses partenaires ont sollicité depuis le Premier ministre pour que ces créations soient bien des créations « nettes » d’emplois aidés et ne s’opèrent pas par redéploiement de contrats uniques d’insertion, comme cela a été initialement prévu.

Des réponses encore à apporter

Le besoin d’enrayer la hausse du coût du travail en ACI, exprimé à la déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle début 2016, a été relayé auprès de la ministre en séance publique par Michel Liebgott, député de Moselle. Il n’a pour l’instant pas trouvé de réponse dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale. La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité va continuer à rechercher au plus vite des solutions pour les structures.

Le fonds d’appui aux politiques d’insertion, quant à lui, ne verra pas sa dotation initiale doublée comme le demandait la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité, avec le soutien de nombreux députés de la majorité. Il permettra toutefois d’apporter déjà de premières incitations et des moyens supplémentaires pour que les départements poursuivent leur financement aux politiques d’insertion, y compris en terme de cofinancement d’emplois aidés.

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte