Contribution des associations à la lutte contre les exclusions sur le marché du travail

Le gouvernement a missionné Jean-Marc Borello, président du directoire du Groupe SOS, sur une mission relative à l’Innovation sociale au service de la lutte contre les exclusions du marché du travail.

Cette mission s'attachera à évaluer les dispositifs de lutte contre le chômage de longue durée et à repérer les initiatives innovantes contre les freins d’accès à l’emploi. La Fédération des acteurs de la solidarité soutient qu’il est nécessaire d’apporter plus de qualité à l’accompagnement socioprofessionnel et insistent sur la nécessaire évolution des dispositifs d’accès à l’emploi. Une contribution collective a été proposée par la Fédération des acteurs de la solidarité, l'APF, Coorace, Emmaüs France et TAPAJ pour accompagner vers et dans l’emploi les personnes en situation de précarité.

Synthèse des propositions :
  • Le triptyque « mise en situation d’emploi, formation, accompagnement » doit être à la base des politiques de lutte contre le chômage de longue durée.
  • Doubler sur la durée du quinquennat le nombre de postes dans l’insertion par l’activité économique pour pouvoir salarier en 2022, 280 000 personnes chaque mois, augmenter le nombre de postes en entreprise adaptée pour atteindre 54 000 emplois d’ici 2022, remonter en 2018 et 2019 le volume des contrats aidés type CAE à 300 000 en les réformant et en ciblant les territoires les plus en difficulté (taux de pauvreté, taux de chômage de longue durée...).
  • Optimiser le potentiel de l’insertion par l’activité économique :
    • Faire des salariés en insertion une cible prioritaire du plan d’investissement dans les compétences, financer la formation des structures aux pratiques de la médiation active pour améliorer leur capacité de partenariat avec les entreprises et financer l’accompagnement dans l’emploi pour sécuriser les employeurs et les employés.
    • Financer la poursuite de l’accompagnement pour les personnes sans réelle solution.
    • Augmenter le volume de clauses sociales dans les marchés publics pour développer les opportunités de recrutement en entreprise de personnes venant de l’insertion.
    • Développer de nouvelles expérimentations : le CDDI parcours emploi.
  • Améliorer la qualité des contrats aidés : en leur permettant de pouvoir être conclus pour 19,5 mois et une durée pouvant aller jusqu’à 33,5 heures de travail hebdomadaire comme les contrats d’avenir, en mobilisant Pôle Emploi et les OPCA dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences pour financer leur formation, et en proposant un accompagnement social et professionnel.
  • Développer la capacité d’innovation de l’Economie sociale et solidaire dans son ensemble, en préservant un volume et un taux de prise en charge des contrats aidés important, en créant une offre de garantie publique d’emprunt dans le cadre de Bpifrance et un crédit d’impôt recherche innovation sociale pour le secteur non lucratif.
  • Poursuivre   le   développement   et   la   généralisation   des   expérimentations   et   projets favorisant le retour dans des parcours d’accès à l’emploi des personnes les plus désocialisées (Premières heures, TAPAJ) et la création d’emplois dans les territoires (TZCLD et PTCE).

La contribution a aussi permis une mise en lumière des expérimentations favorisant l’accès à l’emploi des personnes qui en sont le plus éloignées :

  • TAPAJ – Travail Alternatif Payé A la Journée

TAPAJ est donc un programme d’insertion spécifique à destination des jeunes en grande précarité proposant une mise en action immédiate par activité professionnelle rémunérée à la journée fournie par de grandes entreprises et/ou des municipalités.

  • Devenir développeur informatique - Le développement des compétences sur un métier porteur pour un emploi durable en entreprises adaptées

Ce dispositif contribue à la diversification des métiers déployés en EA, à une montée en compétences et efficience progressive des demandeurs d’emploi en situation de handicap et à fournir des prestations à haute valeur ajoutée pour nos entreprises clientes.

  • Dispositif premières heures - Travail à l’Heure

Ce dispositif Premières Heures (DPH) est un sas temporaire, progressif, adapté, destiné aux personnes ayant connu un parcours de rue qui ne se projettent pas d’emblée dans un contrat long et pour lesquelles les dispositifs d’insertion classiques s’avèrent inadaptés.

  • SEVE - SIAE et Entreprises vers l’Emploi

Lancée en mai 2016 par la Fédération des acteurs de la solidarité, l’expérimentation SEVE est destinée à positionner, dans les territoires, les structures de l’insertion par l’activité économique comme de véritables médiatrices auprès des entreprises pour favoriser l’emploi durable des salariés en insertion.

Lire l'intégralité des prospoitions

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte