Stratégie nationale de santé : donnez votre avis

La Stratégie nationale de santé constituera le cadre de la politique menée par le Gouvernement en matière de santé pour les cinq prochaines années.

Une première version, soumise à consultation publique, a été présentée par le gouvernement le 7 novembre. Chacun peut s’exprimer sur le projet proposé, d’ici le 25 novembre, en se connectant sur http://strategie.sante.gouv.fr et en remplissant un questionnaire en ligne.
Les réponses collectées permettront d’enrichir le projet de stratégie nationale de santé avant son adoption en comité interministériel de la santé au mois de décembre. Un décret officialisera ensuite la stratégie nationale de santé avant la fin de l’année 2017.
Cette première version de la Stratégie nationale de santé est le fruit d'une consultation des représentants du secteur de la santé, des élus et des usagers. C’est à ce titre que la Fédération a été auditionnée en octobre dernier par le Directeur général de la cohésion sociale et ses services.

Une première version satisfaisante prenant en compte les recommandations des associations
La première version proposée, et notamment le chapitre relatif à la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé, reprend plutôt fidèlement les constats et propositions défendus par les associations de solidarité.
C’est le cas par exemple des propositions sur le renforcement de l’accès aux droits sociaux à la couverture maladie (s’appuyer sur les missions de service public pour informer les plus fragiles, lutter contre les refus de soins, mener jusqu’à son terme la réforme PUMaPUMaProtection Universelle Maladie) et sur les possibilités de recours des personnes vulnérables face aux services de santé (renforcer la sensibilisation des professionnels de santé, faciliter le décloisonnement des acteurs, s’appuyer sur les compétences des personnes, développer les PASS, EMPPEMPPEquipes mobiles psychiatrie précarité, LHSS, LAM, la médiation sanitaire, l’interprétariat, développer les services de santé itinérants notamment en milieu rural, adapter les programmes de prévention aux plus vulnérables etc.).


Des contradictions apparentes par rapport aux autres décisions prises par le gouvernement
Cependant, cette première version contient également d’importantes contradictions. En effet, un des objectifs est par exemple de « lever les obstacles sociaux et économiques à l’accès aux services de santé en […] assurant une meilleure prise en charge [...] et en menant une politique volontariste de réduction du reste à charge » alors même que le gouvernement vient d’annoncer la suppression de la généralisation du tiers payant. De même, il est mentionné qu’il faudra « mener jusqu’à son terme la réforme de la PUMaPUMaProtection Universelle Maladie pour renforcer l’accès aux droits à la couverture maladie » alors que de plus en plus de demandeurs d’asile en sont aujourd’hui exclus, n’obtenant pas les documents nécessaires en Préfecture pour l’ouverture de leurs droits. Toujours pour lutter contre les refus de soins, il est préconisé « d’objectiver les pratiques et d’identifier les outils les plus adaptés », sans aucune mention de la commission d’évaluation des pratiques de refus de soins, pilotée par les Ordres, dont c’est aujourd’hui l’objectif et qui n’a toujours pas rendu son rapport, un an après la parution du décret l’instituant. Enfin, dans la partie « généraliser les usages du numérique en santé pour abolir les distances », il est recommandé de « permettre aux patients d’utiliser, en routine, des services numériques pour un meilleur accès au système de santé comme prendre un rendez-vous en ligne, obtenir un conseil médical etc. » sans que ne soit fait mention de la nécessité d’accompagner les plus précaires à l’utilisation du numérique.


La stratégie nationale de santé a besoin de vos contributions pour que les plus précaires n’en soient pas les grands oubliés
Afin de nous assurer que la première version de cette stratégie nationale de santé conserve les recommandations partagées dans notre réseau, les adhérents de la Fédération peuvent saisir cette opportunité pour exprimer leurs attentes. Le positionnement de la Fédération sur la stratégie nationale de santé est disponible ici.
Tout l’enjeu sera ensuite de s’assurer de la mise en œuvre effective des propositions de cette stratégie nationale de santé, sur les territoires, notamment dans le cadre des projets régionaux de santé définis par les agences régionales de santé. Leur mise en  œuvre dépend d’un choix politique et d’une réelle implication des ARSARSAgence Régionale de Santé dans le pilotage et le fléchage des financements dédiés. Leur réussite est liée à un changement de gouvernance, avec  une  prise  en  compte  interministérielle  des  questions  de  solidarité  afin  de  coordonner  les acteurs sociaux, médico-sociaux et sanitaires, en lien avec les personnes accompagnées.

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte