Campagne budgétaire 2018 : quels crédits pour les LHSS, LAM, CAARUD et ACT ?

L’instruction ministérielle du 17 mai 2018 relative à la campagne budgétaire pour l’année 2018 des établissements et services médicosociaux accueillant des personnes confrontées à des difficultés spécifiques est publiée. Les Ministères de l’économie et des finances et de la santé et des solidarités publient chaque année une telle instruction qui fixe les budgets régionaux dédiés aux établissements sociaux et médico-sociaux accueillant des personnes dites « confrontées à des difficultés spécifiques ».

Cette année, 619,93 millions d’euros sont délégués aux agences régionales de santé (ARSARSAgence Régionale de Santé) pour financer les appartements de coordination thérapeutique (ACT), les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (Caarud), les centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), les lits halte soins santé (LHSS), les lits d’accueil médicalisés (LAM) et les appartements de coordination thérapeutique du dispositif "Un chez-soi d’abord". Le montant global est en progression de 6,47% par rapport à l’année dernière, ce qui est un effort non négligeable. Les progrès restent cependant à poursuivre pour assurer une couverture territoriale des dispositifs et répondre aux besoins d’une population confrontée à des problématiques de santé parfois importantes.

Création de 95 nouvelles places LHSS et LAM

Concernant les lits halte soins santé et les lits d’accueil médicalisés, 2,63 millions d’euros leur sont dévolus en 2018 afin de permettre la création de 55 nouveaux LHSS (1,14 millions d’euros avec un prix de journée par lit fixé à 114,20 euros contre 113,32 euros en 2017) et 40 nouveaux LAM financés à hauteur de 1,48 millions d’euros (prix de journée par lit s’élevant à 202,5 € contre 200,9 euros en 2017).

La répartition du nombre de LHSS et de LAM financés par région ainsi que la méthodologie de l’affection des places nouvelles figurent, respectivement, en annexes 3 et 4 de l’instruction. Les ARSARSAgence Régionale de Santé doivent faire connaître à la direction générale de la cohésion sociale (DGCSDGCSDirection Générale de La Cohésion Sociale) leurs besoins pour l’année 2018 d’ici au 31 janvier 2019.

Les ACT

Une enveloppe de 838 375 euros est réservée à la création ou à l’extension de 50 places d’ACT en 2018 sur 6 mois, sur la base d’un coût annuel à la place de 32 764 euros en métropole et de 39 188 euros en outre-mer. Détaillée en annexe 1 de la circulaire, la répartition des crédits entre les régions tient compte de leur taux d’équipement en ACT, des indicateurs de précarité ainsi que du nombre de personnes recensées en affection longue durée "virus de l’immunodéficience", "hépatite" et "diabète".

CAARUD, CSAPA, Salles de consommation à moindre risque

En matière d’addictologie, une enveloppe de 1 million d’euros est dédiée aux mesures nouvelles pour les structures d’addictologie. Ces crédits visent à financer les salles de consommation à moindre risque de Paris à hauteur de 150 000 euros sur 6 mois ; le programme de réduction des risques et des dommages à distance à hauteur de 100 000 euros sur 12 mois ; le renforcement des consultations jeunes consommateurs à hauteur de 500 000 € sur 6 mois et enfin la mise à disposition de la naloxone via les CSAPA et les Caarud à hauteur de 250 000 euros sur 6 mois.

Un chez-soi d’abord

S’agissant du dispositif "Un chez-soi d’abord" à destination des personnes sans abri atteintes de troubles mentaux, une enveloppe de 980 000 euros est prévue au titre de sa coordination.

Pour rappel, l’expérimentation, commencée en 2011, a été pérennisée et étendue sur tout le territoire par un décret du 28 décembre 2016.

 

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte