Participation de la FNARS au 3e forum des ONG en Russie

À l’invitation de l’ambassade de France en Russie, la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité a participé le 31 mars 2016 au 3e forum des ONG russes, initiative de la France visant à soutenir la société civile dans ce pays.

Le contexte des ONG russes est en effet très critique avec l’entrée en vigueur d’une loi sur les agents de l’étranger contraignant les ONG ayant une activité « politique » et bénéficiant de « financements étrangers » à s’enregistrer sur un registre d’agents de l’étranger sous peine de dissolution ou de transformation de leur activité. Des ONG régulièrement soumises à des actions d’intimidation et d’agression, par exemple dans le champ de la prévention et de l’accompagnement des personnes atteintes du VIH ou de l’accueil des migrants issus des autres « Républiques ».

Regroupant plus d’une centaine d’organisations dans le champ de l’action sociale, des droits de l’homme ou de l’environnement, ce forum avait vocation à proposer des outils sur le dialogue de gestion avec les autorités, le lobbying, la communication et la défense des minorités. Selon la statistique publique, le pays compte 20 millions de pauvres (seuil de pauvreté fixé à 120 euros/mois) lié à une inflation galopante (+ 12 % en 2015) et à une baisse des salaires. Le pays ne dispose pas de revenu minimum et l’action sociale dépend des régions. S’il existe un système de couverture médicale obligatoire, nécessitant d’être enregistré sur un territoire donné, une partie de la population, non enregistrée, n’y a pas accès.

Comment dans ce contexte, concilier liberté associative et délégation de mission de l’État aux ONG ? Quelles actions de lobbying pour faire évoluer les politiques publiques ? Comment introduire une culture de la participation des précaires comme autre expression de la société civile ? Tels sont les thèmes sur lesquels la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité est intervenue pour proposer son expertise, développer les expériences réussies, les stratégies inter-associatives et pointer les difficultés rencontrées notamment sur le secret professionnel, l’accueil inconditionnel ou les recours contre l’État.

La question de l’autonomie et des libertés associatives a également été posée, sous l’angle de la loi 1901 et de ses déclinaisons, par la représentante française du Haut comité à la vie associative. La question de l’accueil des migrants et la notion de droit d’asile – absente en Russie - a été débattue avec la présidente russe de l’association « assistance civique ».

Ce forum visait aussi à donner aux ONG russes des outils pour se défendre devant la justice nationale et internationale avec notamment l’intervention d’un ancien magistrat de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) exposant les voix de recours en cas d’atteinte aux droits fondamentaux.

Les ONG rencontrées dans le champ social sont particulièrement intéressées par l’expertise de la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité sur les pratiques du travail social, l’accompagnement global et les modalités de contractualisation développée en France avec les personnes accompagnées. Des sujets qui seront certainement abordés fin avril lors du congrès de l’union des travailleurs sociaux de Russie, en présence du président de la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité.

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte