[CP] Campements parisiens : après la mise à l'abri, que vont devenir les personnes ?

Communiqué de presse
Paris le 04.06.2018 

La mise à l'abri humanitaire des personnes qui vivaient en campement depuis plusieurs mois le long du canal a été finalisée ce matin avec la participation des associations de solidarité. Elle a permis l'accès à un hébergement temporaire d'environ 2000 personnes qui vivaient dans des conditions indignes et dangereuses pour leur santé et leur sécurité.

La Fédération et les associations s'inquiètent cependant du devenir des personnes hébergées et des risques de reconstitution de campements dans la capitale dans les jours et semaines à venir :

  • la menace d'un contrôle de la situation administrative des personnes, par les services de l'Etat, dans les lieux d'hébergement, effective dans certains gymnases, n'est ni conforme aux accords passés entre l'Etat et les associations, ni aux décisions du Conseil d'Etat qui prévoient l'absence de pouvoir de contrainte des agents des services de l'Etat à l'égard des personnes hébergées, qui sont libres d'accepter un entretien et l'examen de leur droit au séjour.

La Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France a saisi le Préfet de Région pour lui demander de mettre fin à ces pratiques qui poussent les personnes à quitter les lieux d'hébergement sans solution.

  • Les personnes mises à l'abri en situation d'extrême détresse doivent pouvoir accéder rapidement à un hébergement pérenne et à un accompagnement. Face à l'extrême saturation des dispositifs d'hébergement, la Fédération demande à l'Etat, avec le concours des collectivités locales, la création de places d'hébergement supplémentaires permettant d'accélérer la sortie des gymnases en évitant les remises à la rue et la multiplication des situations d'errance à la veille de l'été.

Contact presse :

Audrey-Jane Baldi 06 17 80 03 52

Lire le communiqué en PDF

 

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte