Logement d’abord : les réponses dans les Hauts-de-France

Dans le cadre du plan quinquennal logement d’abord, l’Etat a lancé un Appel à Manifestation d’Intérêt pour la mise en œuvre accélérée du logement d’abord dans 15 territoires pilotes en France.

39 réponses ont été recensées au niveau national, dont 4 pour les Hauts-de-France.

Pour chacune des 4 collectivités qui ont répondu à cet appel dans notre région, la Fédération ou ses adhérents ont été sollicité afin de proposer des préconisations, de partager leur vision du logement d’abord, d’échanger sur les réalités locales…

Nous avons, à chaque fois, rappelé qu’il s’agissait d’une philosophie plutôt que d’un dispositif, et qu’il faudrait s’atteler à la mobilisation d’une offre de logement abordable, à l’évolution de l’organisation du financement de l’intervention sociale, à l’accompagnement au changement des pratiques professionnelles. Nous avons porté à nouveau les points de vigilances et les conditions de réussite identifiés par le réseau dont une gouvernance s’appuyant sur l’inter ministérialité et intégrant l’ensemble des acteurs ; tout en rappelant qu’ordonner la généralisation des approches de type « Logement d’abord » à la rationalisation budgétaire et à la restructuration du secteur ne permettrait pas de répondre aux besoins des publics. 

Le comité de sélection des appels à manifestation d’intérêt devrait se tenir le 07 mars prochain à PARIS, et la Fédération, aux côtés des autres réseaux nationaux, participeront aux échanges.

Souhaitons donc bonne chance aux dossiers de :

  • La Communauté Urbaine d’Arras,
  • Le Département du Pas de Calais,
  • La ville d’Amiens,
  • La Communauté Urbaine de Lille. 

ImprimerE-mail

Circulaire Collomb : Le conseil d’Etat retient l’essentiel des points soulevés par les associations

La circulaire Collomb relative à l’hébergement d’urgence autorisait la réalisation de contrôles dans les centres d’hébergement par des équipes mobiles placées sous l’autorité des préfets. Parallèlement, sur les territoires, les questions de remontées d’informations ont largement alimenté les réflexions et les débats au sein des associations.

Lors de nos derniers échanges avec la CNIL, celle-ci a rappelé aux associations qu’une donnée personnelle est constituée de toute information permettant une identification directe ou indirecte, y compris par recoupement des informations et que les responsables de traitement de données doivent s’assurer que des données nominatives ne fassent pas l’objet d’une transmission à d’autres destinataires que ceux visées par la délibération  de 2011 autorisant le logiciel SI SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation.

Parallèlement, le Conseil d’Etat a également statué sur le recours en référé initié par 28 associations contre la circulaire « Collomb » par une ordonnance rendue le 20 février 2018. Si le Conseil d’Etat rejette le recours en considérant que la condition d’urgence n’est pas remplie, sa décision limite cependant la portée de la circulaire et donne des clés de lecture importantes et utiles aux personnes hébergées et aux centres d’hébergement.

Plus d’information sur l’ordonnance du 20 février 2018 : http://www.federationsolidarite.org/champs-d-action/hebergement-logement/8552-recours-des-associations-contre-la-circulaire-du-12-d%C3%A9cembre-la-d%C3%A9cision-du-conseil-d%E2%80%99etat-retient-l%E2%80%99essentiel-des-points-soulev%C3%A9s-par-les-associations

Retrouvez le « Kit de la Fédération : « comprendre les circulaires Collomb et leurs conséquences pour les personnes hébergées » : http://www.federationsolidarite.org/images/stories/PDF/Recommandations.pdf

 

ImprimerE-mail

« Stratégie pauvreté et Logement d’abord » : ZOOM sur le séminaire fédéral du 17 novembre.

« Stratégie pauvreté et Logement d’abord » : retour sur le séminaire fédéral du 17 novembre 2017.

Le 17 novembre dernier, une délégation des Hauts-de-France a participé au séminaire fédéral « Stratégie pauvreté et Logement d’abord » à Paris. Tout au long de la journée, les participants ont pu travailler en atelier pour alimenter les positionnements et les propositions de la Fédération. Le fruit de ces travaux sera bien entendu communiqué au réseau. 

ZOOM : La « stratégie pauvreté » par Olivier NOBLECOURT.

Aux côtés des autres régions, du Conseil d’Administration national, des Présidents de GAN et des équipes du siège, la Fédération Hauts-de-France a pu rencontrer Olivier NOBLECOURT – Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes.

Il a précisé que la nouvelle stratégie ne serait pas une rupture avec le plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale qui arrive à son terme en fin d’année, mais qu’il faudrait tenir compte d’inflexions complémentaires :

  • Une focale enfance/jeunesse : il ne s’agira pas pour autant de réduire les travaux à ces seuls publics, mais de considérer que la reproduction des inégalités sociales trouve ses racines dans une forme de déterminisme social sur lequel il faut agir dès le plus jeune âge.
  • Une dynamique de prévention et d’investissement social permettant de réinterroger la question de l’accompagnement social et de l’accès aux droits.
  • Un lien entre la politique publique et l’expérimentation qui ne peut se résoudre à considérer qu’il y a « politique publique » lorsqu’il y a « expérimentation ».
  • Une gouvernance locale comme enjeu de cohérence premier dans le traitement des inégalités territoriales.

La stratégie du gouvernement se construira conjointement avec les différents acteurs, en suivant un calendrier de consultation qui devrait permettre des journées nationales de restitutions des travaux pour avril 2018. 

Louis GALLOIS, Président de la Fédération, soutenu par l’intervention des membres du réseau, ont pu renvoyer à Olivier NOBLECOURT que malgré un discours ce 17 novembre, qui nous semble très encourageant, les derniers signaux envoyés par les services de l’Etat semblent aller à contrecourant (gel des contrats aidés, baisse des APLAPLAide personnalisée au logement, tarification des CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale…). Ces échanges ont également été l’occasion de rappeler qu’au-delà des questions de prévention, de l’accompagnement social, de la gouvernance (…) sur laquelle la Fédération travaillera pour alimenter les échanges, il y a une impérieuse nécessité de prendre en compte la transition. « Annoncer que 2019 sera meilleure ne règlera pas les questions des ménages en 2018 ».

ZOOM : 15 territoires de « mise en œuvre accélérée » (TMEOA) du « plan quinquennal logement d’abord ».

En début de semaine, le ministère de la Cohésion des territoires a publié l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) à destination des collectivités territoriales (communes, EPCI, départements) qui souhaiteraient s’engager de façon volontariste avec l’État, les bailleurs et les associations sur l’accès et le maintien au logement des personnes sans domicile et la réduction durable du sans-abrisme dans une logique de Logement d’abord. Bien que le cahier des charges n’ait pas fait l’objet d’une réelle co-construction avec les partenaires du comité de pilotage du plan quinquennal, son contenu est plutôt intéressant, à quelques interrogations près. Vous trouverez en PJ une synthèse du document, suivie d’une analyse détaillant le positionnement de la Fédération et les éclaircissements que nous attendons de la part de la DIHALDIHALDélégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement. Elle sera relayée par la newsletter de la semaine prochaine à l’ensemble des adhérents. Vous noterez que l’AMI identifie une enveloppe financière de 10 M€ destinée à financer les 15 TMEOA. Ils se répartissent en 3 M€ de « crédits supports » (destinés à prendre en charge des frais de diagnostic, de coordination, d’ingénierie de projet, de capitalisation, de communication, etc.) et 7 M€ de « crédits mesures » (affectés au développement de l’offre territoriale de logement et d’accompagnement). En termes de calendrier, les collectivités intéressées doivent se faire connaître d’ici au 20 décembre, et adresser leur dossier de candidature au ministère d’ici au 20 février. Les territoires que le ministère a déjà dans son radar sont Strasbourg, Lille, Nantes et Paris.

Pour retrouver tous les documents liés à la Stratégie logement du gouvernement et au plan quinquennal logement d’abord, cliquez ici

 

ImprimerE-mail

VIVE L’APL : la mobilisation continue

 

Les mobilisations du mois d’octobre dans les Hauts de France.

Déclinaison régionale du Collectif Vive l’APL national, le collectif Hauts-de-France et ses membres ont organisé des mobilisations le 14 octobre dernier pour protester contre les mesures d’économie drastiques prévues par le gouvernement sur les aides au logement dans le projet de loi de Finances pour 2018.

Sensibiliser l’opinion publique à l’aide de faux billets de 5 euros et rassembler un maximum de signatures à la pétition, voilà la mission que c’était donnée les membres du collectif régional le 14 octobre dernier.

Des rassemblements ont eu lieu à Lille, Roubaix, Tourcoing, Maubeuge, Calais…

En amont, le 12 octobre 2017, la Fédération des acteurs de la solidarité Hauts-de-France, a participé à la Conférence de Presse de l’URH Hauts-de-France aux côtés des élus de la MEL, des syndicats du BTP et d’autres acteurs impactés par ces mesures.

Les mobilisations à venir

La prochaine date de mobilisation est fixée au 9 décembre prochain après midi. N’hésitez pas à la noter dans votre agenda !

La Fédération des acteurs de la solidarité invite l’ensemble de ses adhérents à se mobiliser, à informer les personnes accueillies et accompagnées, les salariés, les administrateurs, les bénévoles (…) de l’impact de ces mesures pour notre région.

C’est bien entendu ces fameux 5 euros en moins dans le budget des ménages les plus en difficulté, soit 1,4 millions dans les Hauts-de-France, y compris ceux qui sont résidents en pensions de famille, résidences sociales, résidences habitat jeunes…

C’est aussi un effort demandé aux bailleurs correspondant à  l’équivalent de 10 000 logements neufs par an. C’est aussi 15% du chiffre d’affaire du BTP. C’est aussi des rénovations thermiques et des réhabilitations de logement qui ne se feront pas, et… l’on estime à un mois de ressources le surcoût d’un logement énergivore par an. C’est aussi une remise en cause de l’équilibre territorial du logement social… Et tant d’autres impacts autour desquels il nous faut, collectivement, communiquer de manière pédagogique.

Pour retrouver les informations du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement : https://vivelapl.org/

D’autres articles : http://www.federationsolidarite.org/champs-d-action/hebergement-logement/8104-aides-au-logement-mobilisation-r%C3%A9ussie-le-14-octobre,-nouveau-rendez-vous-le-9-d%C3%A9cembre

La boite à outils du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement Hauts-de-France : https://www.dropbox.com/sh/9dpppvdrj9z42yf/AAAkb0vzZ1imNv9XaxXx0LR6a?dl=0

La revue de Presse du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement Hauts-de-France : https://www.dropbox.com/sh/vpfkvo7esduuujt/AABeE5-PbQr-oaKVU94aLNx8a?dl=0

 

ImprimerE-mail

  • 1
  • 2

Coordonnées

Fédération des acteurs de la solidarité
Hauts-de-France (siège social)

Les courriers postaux sont à envoyer au siège

199 - 201 rue Colbert
Centre Vauban - Bâtiment Lille - 2ème étage
59000 LILLE
☎ 03 20 06 15 06
☏ fax 03 20 08 63 34

www.facebook.com/fnarsnpdc

Permanence à Amiens

GRIEP / ESSpace Amiens
Parc de Beauvillé / 21 rue François Genin
80000 AMIENS

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de la Fédération des Hauts-de-France en cliquant ici.

Archives

AGENDA

Tous les événements

Connectez-vous à votre compte