Développer la participation des personnes en situation de pauvreté et de précarité à l’élaboration et au suivi des politiques publiques

L’expertise produite par la participation des personnes en situation de pauvreté est aujourd’hui reconnue par le gouvernement. La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité, qui soutient et développe ce processus depuis de nombreuses années avec son réseau, s’en félicite.

 

 Le plan quinquennal consacre un chapitre au développement de la participation des personnes en situation de pauvreté à l’élaboration et au suivi des politiques publiques, qu’il faut étendre et diversifier, en promouvant les méthodes de co-construction et d’évaluation participatives et en développant l’ingénierie nécessaire à la participation des personnes.

En premier lieu le gouvernement prévoit de consolider les expériences conduites au sein du 8ème collège du CNLE, ainsi que celles du CCPA et CCRPA. La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité, partie prenante de ces différentes expérimentations, continuera à accompagner les régions et son réseau dans la mise en œuvre et le développement de ces actions, avec ses partenaires.

Le plan prévoit que les personnes en situation de pauvreté soient parties prenantes «  dans tous les grands conseils consultatifs nationaux appelés à traiter des politiques sociales », d’étudier la possibilité de représentation au Conseil Economique Social et Environnemental(CESE), dans les Conseils Economiques Sociaux et Environnementaux Régionaux (CESER), ainsi que dans les différents plans et schémas directeurs sur les territoires.

La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité, lors de son congrès à Nantes en 2012, a également porté cette proposition et participera à la mise en œuvre effective de ces propositions tant au niveau national, que dans les territoires en s’appuyant sur son réseau.

Favoriser l’émergence d’associations émanant de groupes de personnes en situation de pauvreté, inciter les associations de solidarité à faire une place aux personnes accompagnées dans leurs instances de gouvernance, sont des axes que la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité développe déjà au sein de ses propres instances.

La fédération se réjouit que ce processus soit enfin porté par les instances gouvernementales et se retrouve pleinement dans les diverses orientations du plan et souhaite être partie prenante de son évaluation. Elle restera néanmoins vigilante sur le déploiement des moyens de l’Etat et des collectivités locales ainsi que sur les changements de comportements des décideurs publics nécessaires au développement de cette participation en particulier pour l’organisation des concertations collectives, l’utilisation de méthodologies adaptées, et de méthodes d’évaluation participatives.

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte