F, le magazine de la Fédération 

Reportage - Garder l'équilibre

equilibreIl est 10 heures du matin quand Boris, après avoir vu ses collègues, s’apprête à partir pour les visites de la journée, sa lourde sacoche au bras. Boris n’est pas médecin mais éducateur spécialisé dans un centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale). Pourtant, il e ectue aussi des visites à domicile, pendant lesquelles il peut discuter, aussi, de problèmes de santé avec les personnes qui le reçoivent.

Le dispositif SAE (Service d’accompagnement extérieur), en CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale et CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale «hors les murs» existe depuis 2011 à l’association Tarmac, au Mans. Les équipes sont accueillies chez les personnes, et non plus les personnes accueillies dans les bureaux ou en hébergement par l’association. Un grand changement. Pendant un an, voire deux, dans quelques cas, Boris et ses collègues accompagnent les personnes dans leur logement. Elles sont locataires, mais conservent le besoin de rencontrer les équipes de l’association Tarmac, le temps de trouver assez d’autonomie pour gérer leur budget, stabiliser un traitement médical, ou encore e ectuer des démarches administratives. Bref, pour vivre au quotidien, chez soi, mais pas tout à fait seul.
Olivier et Emilie sont en couple depuis trois ans. Ils se sont rencontrés dans un centre d’hébergement, puis ont décidé de vivre ensemble, seulement tous les deux. Ce matin, ils ont ouvert la porte de chez eux pour recevoir Boris et Karine, autre intervenante sociale de Tarmac, et faire «un point» sur la situation des derniers jours. La semaine dernière, leur porte était en e et restée close. Un signe de crise, avait tout de suite pensé Boris qui les accompagne depuis plusieurs mois. Olivier lui donne raison. «On a pété les plombs, on a été un peu trop loin. On avait envie de pro ter, on a trop bu et arrêté notre traitement. Mais cette fois on est remontés plus vite. Là on reprend nos médicaments depuis deux jours, et on est allés faire des courses ce matin». Boris n’est évidemment pas dans le jugement. Il écoute, et tente de voir comment faire avancer les choses. En proposant par exemple de les accompagner chez EDF ou chez Free cette semaine, pour régler quelques a aires en sou rance. Olivier et Emilie accueillent d’ailleurs sa proposition avec enthousiasme. Le rendez-vous est pris.
Quelques minutes de voiture plus tard, l’éducateur sonne chez Stéphane, qui avait l’air de l’attendre avec impatience. Peut-être parce qu’il s’agit de l’une des dernières visites de Boris. Ils discutent aujourd’hui de la  n très prochaine de l’accompagnement de Stéphane, qui appréhende un peu: «C’est une sécurité de le voir, mais il faut que je me dise que je suis un grand garçon. Je vois que je ne veux plus me démolir, et si je ne suis pas capable de m’en sortir personne ne pourra le faire à ma place». Stéphane raconte son week-end et la venue de ses deux garçons, son CV réactualisé et son envie de participer à un groupe de parole. Boris ne semble pas inquiet que son accompagnement touche à sa  n et prévoit déjà d’aller voir l’assistante sociale de secteur, nouveau «repère» de Stéphane après Tarmac.

En construisant cette plateforme avec une équipe motivée, Claire Dorso, Directrice du Pôle habitat social et santé, avait plusieurs objectifs en tête, dont ceux de développer un accompagnement de proximité adapté aux demandes et aux besoins des personnes et de développer une compétence collective à partir de compétences individuelles des professionnels. «Nous pouvons aller vers les personnes pour toute autre chose que leur logement. La temporalité a son importance, l’accompagnement est global donc il peut être question de leur santé, de l’éducation des enfants, du renouvellement d’un titre de séjour, tout comme d’une facture impayée. La personne a le temps de trouver un nouvel équilibre dans son logement et dans sa vie».
Un accompagnement «sur-mesure» qui, au grand regret de Claire Dorso, s’adresse à quelques personnes accompagnées par l’association Tarmac, puisque sur les 209 places du CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale du Pôle Habitat, le CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale «hors les murs» propose de 8 à 10 accompagnements au domicile, pour des personnes sans domicile ou pour apporter une aide pour un maintien dans le logement. Mais Claire et ses équipes ont l’espoir de pouvoir proposer un plus grand nombre d’accompagnement du CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale «hors les murs» dans l’avenir ….

Céline Figuière
+ Pour en savoir plus sur l’association Tarmac : www.tarmac.asso.fr

ImprimerE-mail

S'ABONNER AU MAGAZINE

Abonnez-vous et recevez le nouveau numéro chaque trimestre.

Connectez-vous à votre compte