Les phénomènes émergents de pauvreté entre 2010 et 2013

Enquete DREESLa Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) a réalisé une enquête semestrielle entre 2010 et 2013 auprès de structures sociales.

L’objectif de l’enquête est de créer un « système de vigilance sur les phénomènes de pauvreté et d’exclusion sociale » avec des remontées d’informations régulières et disponibles plus rapidement que les données administratives (INSEE…). Les 2 000 structures participantes ont été interrogées tous les 6 mois sur les phénomènes émergents essentiellement via des questions ouvertes pour recueillir leur opinion.

L’enquête de la DREES met en exergue que la pauvreté augmente significativement, s’intensifiant, mais n’atteint pas de populations nouvelles ou spécifiques. Les principaux publics  rencontrés par ces structures entre 2010 ou 2013 sont les chômeurs, les personnes ayant des difficultés financières (faibles ressources, augmentation du coût de la vie), les enfants, les familles monoparentales, les jeunes de moins de 25 ans, les personnes âgées, les populations migrantes et les ménages en difficulté de logement.

Comparaison avec les données du rapport annuel 115 réalisé par la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité

Les résultats confirment dans l’ensemble les constats dégagés par la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité dans ses baromètres 115.

La taille de l’échantillon des deux recueils de données est proche : 30 départements pour l’enquête DREES et 37 départements pour le rapport annuel 115, même si les sources diffèrent. Pour le baromètre 115, les données ont été recueillies à partir du dispositif départemental du numéro d’urgence 115 ; et pour l’enquête DREES, elles proviennent de structures de lutte contre la pauvreté (35%), de structures larges œuvrant dans le domaine de l’insertion sociale et professionnelle (40%) et de structures du pôle jeunesse (25%).

Malgré ces différences, les publics émergents entre 2010 et 2013 sont les mêmes que ceux du rapport 115 : les jeunes de moins de 25 ans, les personnes en famille, les femmes, les populations migrantes.

Nous ne pouvons pas comparer les pourcentages car  pour l’enquête DREES, ils concernent le nombre de structures ayant répondu avoir rencontré un type de public émergent au cours des derniers 6 mois et pour le rapport 115, nous disposons du pourcentage des publics parmi la population totale ayant sollicité le 115.

Cependant, les deux analyses aboutissent à la même conclusion. Leurs résultats montrent que ces publics sont de plus en plus nombreux au sein des structures, ce qui peut rendre leur prise en charge complexe. Ainsi en 2010, les personnes en famille représentaient 23% des personnes ayant sollicité le 115 et 39% en 2013 et 2014. En 2013, Les jeunes de moins de 25 ans représentaient 16% des personnes et les personnes hors Union Européenne 39%.

Limites méthodologiques de l’enquête DREES

Les structures ont des difficultés à faire la distinction entre les phénomènes émergents et les publics habituels les plus nombreux dans les structures enquêtées. Elles pointent donc le plus souvent une hausse de fréquentation plutôt qu’une population nouvelle.

Deuxième limite : les résultats présentés portent sur de petits effectifs de structures concernées puisque la plupart du temps, la proportion de celles ayant pointé un phénomène émergent est inférieure à 20%.

Lire l’enquête de la DREES...

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte