Retour sur la journée Enfance Famille du 5 juin

Comment penser les articulations entre le secteur de l’hébergement et celui de la protection de l’enfance lorsqu’il s’agit d’accompagner les jeunes atteignant l’âge de la majorité ? Quelle est la nature du lien entre pauvreté et placement des enfants ? Entre déconsidération sociale et difficultés éducatives ? Est-ce que la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes permettra de répondre aux difficultés rencontrées par les associations dans l’accompagnement global des jeunes enfants ? Quels outils peuvent être élaborés pour favoriser le recueil et la prise en compte de la parole des enfants et adolescents ?

Telles sont des questions auxquelles les intervenants de la journée Enfance Famille ont apporté des réponses dans le cadre de riches échanges avec la centaine de participants présents le 5 juin dernier à Gières.

Journée enfance famille

Florent Guéguen, directeur général de la Fédération des Acteurs de la solidarité, est revenu dans ses propos liminaires sur le contexte social et ses impacts sur l’éveil et le développement des enfants en situation d’exclusion et sur la reproduction des inégalités sociales avant de détailler les propositions de la fédération en faveur de l’enfance et de la jeunesse. Philippe Colin-Madan, membre de la délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, a réagi aux préoccupations des associations en déroulant les grandes ambitions de la stratégie de lutte contre la pauvreté. Douze objectifs spécifiques ont été précisés parmi lesquels des actions en faveur de la mixité sociale et de la qualité éducative des modes d’accueil des jeunes enfants, la refonte des actions de soutien à la parentalité ou encore la lutte contre les sorties sans solutions de l’aide sociale à l’enfance.

La situation des parents d’enfants placés a été abordée par le regard croisé de Mme Hadj Brahim, personne accompagnée, et de Régis Sécher, docteur en sciences de l’Education. Ce double-point de vue a permis d’évoquer de façon théorique et illustrative la place donnée aux familles d’enfants placés, la prise en compte de leur souffrance, leur lien avec les institutions administratives et judiciaires et les travailleurs sociaux ainsi que leur acceptation et appréhension des mesures de placement.  

3

Une série d’ateliers réunissant une vingtaine de participants ont permis d’aborder plus en détails différentes problématiques tel que le devenir des enfants à leur majorité, la prise en compte de la parole de l’enfant dans le cadre d’un accompagnement social, l’accompagnement à la parentalité, la place du parent absent ou encore celle de l’effectivité des droits de l’enfant. Ces ateliers participatifs ont favorisé l’émergence de propositions concrètes en vue de contribuer aux politiques publiques mais aussi à l’accompagnement des adhérents par la fédération.

Cette journée, réalisée en partenariat avec la CNAF, s’est conclue par un temps d’échange collectif autour des illustrations et caricatures réalisées par Cléd’12 au fil de la journée. Un compte rendu plus complet sera bientôt disponible.

1

 

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte