Comité interministériel de la jeunesse : A quand une véritable politique globale de la jeunesse ?

Le comité interministériel pour la jeunesse s'est réuni le 21 février dernier et a rendu public son rapport « Priorité jeunesse ». Ce comité interministériel a pour mission de fixer la feuille de route du gouvernement en matière de politique publique jeunesse. Ce comité interministériel se réunira une fois par an, sous la présidence du premier Ministre, pour évaluer les avancées des actions préconisées dans la feuille de route. L'objectif  annoncé  par le président de la république étant de « faire que les jeunes vivent mieux en 2017 qu'en 2012 ».

Lire la suite

ImprimerE-mail

Le plan quinquennal et les jeunes

Le plan quinquennal n’apporte aucune annonce complémentaire à celles de la conférence contre la pauvreté sur la prise en compte des problématiques des jeunes. Les mesures annoncées ne font que répéter le modèle de dispositifs spécifiques pour les jeunes en insertion menés depuis 35 ans et qui ont contribué à la situation actuelle de la jeunesse : 23 % des jeunes entre 18 et 25 ans vivent sous le seuil de pauvreté contre 14 % de l’ensemble de la population, 25% des personnes accueillies en CHRS ont entre 18 et 25 ans.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Emplois d’avenir : le gouvernement « oublie » les professionnels de l'insertion !

Ce mercredi 29 août, le projet de loi portant sur la création des emplois d’avenir a été examiné pour la première fois en Conseil des Ministres. En amont, la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité a adressé à Michel Sapin, Ministre du Travail et de l’Emploi et Benoît Hamont, ministre délégué à l’Economie Sociale et Solidaire, son analyse de cette mesure. Un communiqué de presse signé par l’ensemble des réseaux de l’IAE a également été envoyé.

Lire la suite

ImprimerE-mail

La Jeunesse est une priorité !

Le succès d’un appel inédit en faveur de la jeunesse

Lancé en novembre dernier, l’appel « Pour un big bang des politiques jeunesse » est un succès. Le texte s’est largement diffusé au sein des acteurs des politiques jeunesse et a suscité appropriation et débat. De très nombreuses organisations nous ont rejointes : aux 38 premières signataires au départ, nous sommes passés à 65 organisations nationales renforçant ainsi la légitimité de cette démarche.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte