Mobilisation de l’Education nationale pour l'accompagnement linguistique des migrants

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a lancé le 21 novembre 2016 un appel à la mobilisation des partenaires et des ressources pour l’accompagnement linguistique des publics migrants. La Fédération des acteurs de la solidarité a rencontré le ministère de l’Education nationale pour intégrer cette mobilisation nationale.

A travers l'adhésion de 60% des CADACADACentre d'accueil de demandeurs d'asile, la moitié des plateformes de premier accueil pour demandeurs d’asile et un grand nombre de centres d’hébergement d’urgence spécialisés pour les demandeurs d’asile, la Fédération des acteurs de la solidarité représente un grand nombre d’acteurs de l’accueil et de l’accompagnement des migrants, demandeurs d’asile et bénéficiaires d’une protection internationale. Les adhérents de la Fédération se sont également largement mobilisés pour l’ouverture de centres d’accueil et d’orientation (CAO) sur l’ensemble du territoire.

L’apprentissage du français est une condition indispensable pour favoriser l'intégration des publics accueillis dans ces différentes structures et devrait, selon la Fédération des acteurs de la solidarité, être le plus tôt possible proposé aux demandeurs d’asile en vue de faciliter leur vie en France, comme l’accès au travail.

C’est pour cette raison que la Fédération a souhaité rencontrer le ministère de l’Education nationale pour faire connaitre son réseau afin que celui-ci puisse profiter et s’inscrire pleinement dans le plan de mobilisation lancé par la ministre en novembre dernier.

Le rappel de l’obligation scolaire pour les mineurs étrangers non allophone

Le ministère rappelle dans cette instruction que, « dans le respect de l’obligation scolaire, l’accès au service public d’éducation est garanti pour chaque enfant, quelles que soient sa nationalité et sa situation personnelle ». Les CASNAV, les centres académiques pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs, ont pour mission d'accompagner la scolarisation des élèves nouvellement arrivés en France, sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages scolaires, et la scolarité des enfants du voyage.

Télécharger la circulaire relative à l'organisation des CASNAV...
Télécharger la circulaire sur la scolarité des élèves nouvellement arrivés...
Télécharger la circualire concernant la scolarité des enfants du voyage...

Le ministère est particulièrement attentif dans son appel à la mobilisation nationale à l’importance de l’obligation scolaire et de l’accès à ces dispositifs pour les enfants demandeurs d’asile ou réfugiés, notamment hébergés en CADACADACentre d'accueil de demandeurs d'asile, dans les dispositifs d’hébergement d’urgence CPH, CAO ou dans les logements gérés par la délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL).

Les CASNAV doivent être accessibles sur l’ensemble du territoire à l’ensemble des enfants étrangers non allophones.

Ainsi, en cas de difficulté, les Directeurs académiques des services de l'Education nationale (DA-SEN), représentant le recteur dans le département, doivent pouvoir être contactés afin que chaque enfant puisse effectivement accéder à l’école.

Les différents partenaires mobilisés par l’Education nationale

Le plan de mobilisation de l’Education nationale va bien au-delà de l’apprentissage du français aux enfants. Il est également destiné aux adultes non allophones hébergés par les associations du réseau notamment en mettant à disposition un ensemble de partenaires et de formateurs pour promouvoir l’apprentissage du français pour le public migrant.

Ainsi, les réseaux associatifs (notamment le Secours catholique, la Ligue de l’enseignement, l’UNAF, France terre d’asile…) et la réserve citoyenne de l’Education nationale sont mobilisés pour venir apporter leur soutien et leur expertise en matière d’apprentissage du français langue étrangère à l’égard de ce public.

A ce titre, l’Education nationale met à disposition un ensemble de ressources pédagogiques et de formation pour des formateurs bénévoles chargés d’accompagner les formateurs locaux qui encadreront les représentants d’association et des réservistes.

Un responsable du dispositif au niveau départemental, placé auprès des DASEN et d’un coordonnateur académique, facilite la mobilisation de tous les acteurs et met également en lien l’offre et la demande de d’apprentissage du français.

Une adresse mail est destinée à recenser les besoins et l’offre de formation : .

Télécharger l’instruction envoyée par la ministre aux recteurs d’académie et inspecteurs d’académie....

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte