Flash Cléo : #SoyonsHumains, l'action coup de poing avec la Fondation Abbé Pierre

emmaus logoÀ l’attention de l’ensemble des acteurs de l’association

action soyonshumain

Bonjour à toutes et à tous,

Comme annoncé lundi 04 décembre par Flash, les équipes de la Fondation Abbé Pierre et d’Emmaüs Solidarité se sont mobilisées ce matin pour lancer ensemble une campagne de sensibilisation contre les « dispositifs anti-sdf » en milieu urbain.

Dès 6 heures, des affiches ont été collées sur différents lieux de Paris, et notamment rue des Bourdonnais, pour y dénoncer la « douche Anti-SDF » dont Le Parisien s’est fait l’écho.

D’autres initiatives ont également été organisées à Lyon, Marseille et Metz, afin d‘inviter tous les citoyens à témoigner de leur indignation en postant sur Twitter une photo géo-localisée de ces dispositifs avec le #SoyonsHumains .

Ces témoignages sont rassemblés sur le site SoyonsHumains.fr qui présente aussi la vidéo de la campagne.

L’opération s’est achevée par un point presse où Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, et Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité se sont exprimés.

Ces prises de parole seront notamment diffusées dans le 12/13 de France 3 Paris aujourd’hui.

Vous pouvez télécharger le communiqué de presse ici.

Bien cordialement,

Le service communication

ImprimerE-mail

Mobilisation en Seine-St-Denis : tous solidaires !

Chères adhérentes, chers adhérents,

Face à la situation particulièrement tendue de l’hébergement et du logement que nous dénonçons en Ile-de-France, la Fédération des Acteurs de la Solidarité se mobilise depuis plusieurs semaines, notamment en interpellant les services de l’Etat et les élus. Nous poursuivrons et développerons ces actions dans les prochaines semaines et vous tiendrons informés.

Dans ce cadre, nous tenons à vous informer d’une action forte en cours sur le département de Seine-St-Denis, à l’initiative d’Interlogement 93. Un comité, composé essentiellement de travailleurs sociaux et d’écoutants 115, a décidé de se mobiliser à l’approche des fêtes de fin d’année, sur la situation dramatique des personnes en demande d’hébergement et de logement dans ce département.

Plusieurs actions seront mises en place, deux initiatives sont déjà effectives et un communiqué de presse a été rédigé pour annoncer leur lancement. Il est disponible en PJ et ici.

Ces deux premières actions sont :

  • Une pétition en ligne « Pour Noël, demandons un toit pour chaque personne à la rue », créée sur le site Change.org, a été ouverte et invite chaque citoyen à se mobiliser, aux côtés des acteurs de la veille sociale pour faire valoir le droit des personnes à vivre et dormir à l’abri. Pour chaque signataire de cette pétition, une « lettre au Père Noël » sera envoyée en son nom au Palais de l’Elysée. La pétition est accessible à l’adresse suivante : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-pour-noël-demandons-un-toit-pour-chaque-personne-à-la-rue

N’hésitez pas à signer la pétition et à relayer dans vos réseaux !

  • Un calendrier de l’avent en ligne intitulé « Un Noël à la rue ». Sur la base de photos, de chiffres ainsi que de témoignages de salariés, bénévoles et personnes à la rue, ce calendrier donne à voir jour après jour la réalité du sans-abrisme, sans détour ni euphémisme. Il est accessible à l’adresse suivante : https://calendar.myadvent.net?id=85c4836b14b4af3b64244813de376bf3

La remise d’un exemplaire papier de ce calendrier de l’avent à la Préfète à l’Egalité des Chances de Seine-Saint-Denis est prévue le mercredi 6 décembre, à 15h, à la préfecture de Seine-Saint-Denis, en préambule du Conseil Départemental de Veille Sociale. A cette occasion, des salariés des associations adhérentes ayant contribué à la création du calendrier seront présents.

La Seine-Saint-Denis n’est pas le seul département concerné par cette situation. Si vous souhaitez également mettre en place des actions dans votre département, n’hésitez pas à nous contacter.

Bien à vous,

L’équipe de la FAS IDF

ImprimerE-mail

APL: Mesures d'économies et mobilisations

En dépit des interpellations répétées de la Fédération, du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement et de leurs partenaires, la première mesure d’économie du gouvernement sur les aides au logement a bien été prise vendredi dernier avec la publication conjointe du décret et de l’arrêté qui avaient été soumis pour avis au Conseil national de l’habitat le 21 septembre. Le premier prévoit que les prestations versées à compter du 1er octobre seront diminuées d’un terme forfaitaire « Mfo », dont le montant est fixé à 5 € par allocataire et par mois par le second. La disposition concerne de façon indifférenciée l’ensemble des ménages locataires ou accédants à la propriété (12 millions de personnes), dans les parcs aussi bien social que privé, et s’applique à toutes les allocations (APLAPLAide personnalisée au logement, APLAPLAide personnalisée au logement foyer – donc les adhérents gestionnaires de structures d’hébergement/logement de notre réseau seront également impactés –, ALS et ALF). Elle frappe autant par son injustice sociale (81% des allocataires perçoivent des revenus inférieurs au SMIC) que par la méthode employée pour la mettre en œuvre : défini par simple arrêté, le quantum de la diminution des prestations pourra à l’avenir faire l’objet d’une modulation parfaitement arbitraire en fonction des impératifs de rationalisation budgétaire.

Aux côtés d’une vingtaine de mal-logés, de la Fondation Abbé Pierre, du DALDALDroit au logement et de toute autre organisation du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement qui se manifestera dans les prochains jours, la Fédération engagera la semaine prochaine comme vous le savez contre ces textes un recours en annulation devant le Conseil d’État, afin de diversifier les fronts de mobilisation, de médiatiser la cause et de tenter d’infléchir la stratégie gouvernementale, même si les chances d’obtenir gain de cause sont minces.

Ce coup de rabot de 400 millions d’euros sera rapidement suivi par un cortège de mesures d’économie complémentaires détaillées à l’article 52 du projet de loi de finances pour 2018, destinées à réduire la dépense publique d’un montant total d’environ 3,3 milliards d’euros par an à partir de 2019 (sur les 18 milliards de coût total des aides au logement) :

  • 1,5 milliards d’euros de diminution des aides au logement dans le parc social dès le 1er janvier 2018, obtenus grâce à l’introduction d’une réduction de loyer de solidarité (une sorte de pendant social au supplément de loyer de solidarité) accordée aux locataires les plus modestes. Les contreparties proposées par le gouvernement à ce stade au mouvement HLMHLMHabitation à loyer modéré seront la stabilisation du taux d’intérêt du Livret A à 0,75 % pendant deux ans (290 millions d’euros), la possibilité d’allonger certains prêts auprès de la Caisse des dépôts et consignations (300 millions d’euros), le versement par les locataires du SLS dès le premier euro de dépassement du plafond de ressources et la mise en place d’une péréquation renforcée des ressources entre organismes HLMHLMHabitation à loyer modéré par cotisation à la CGLLS (375 M€). Ces compensations modiques ne sont toutefois pas de nature à rassurer les bailleurs sociaux qui craignent l’amputation de la moitié de leur capacité à financer l’entretien et la réhabilitation des logements, et des trois quarts de leurs capacité à investir dans la production de logements neufs. Vous pouvez consulter à ce propos l’article du Monde.fr qui explique bien l’impact des réformes envisagées sur le modèle économique du logement social
  • 200 millions d’euros correspondant à l’extinction des aides au logement pour les accédants modestes à la propriété dès le 1er janvier 2018 (une mesure que le gouvernement avait déjà tenté d’adopter lors du précédent quinquennat, mais qui avait finalement été abandonnée face au tollé général)
  • 300 millions d’euros liés au gel de la revalorisation annuelle du barème de calcul des aides au logement au 1er octobre 2018
  • 900 millions d’euros grâce à la réforme des modalités de prise en compte des ressources des allocataires pour le calcul des aides en 2019 (prise en compte instantanée plutôt que fondée sur les revenus de l’année n-2)

Face à cette saignée inédite sur l’un des piliers de notre modèle de protection sociale, la mobilisation du Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement se poursuit. Outre son communiqué de presse, nous vous adressons ci-après un petit récapitulatif des outils de communication disponibles à ce jour dans le kit en cours de construction :

Pour toute question sur le Collectif et/ou nous remonter des informations sur vos mobilisations locales, contactez le secrétariat national à l’adresse   ( , en copie)

Les réactions et initiatives face à l’annonce des mesures d’économie sur les aides au logement fusent au demeurant bien au-delà du seul Collectif Vive l’APLAPLAide personnalisée au logement ou de la prise de position de la Fédération au Congrès de l’USHUSHUnion sociale pour l’habitat à Strasbourg jeudi dernier. En voici une petite sélection pour votre information :

Nous vous tiendrons bien sûr informés en temps réel de l’avancée des travaux du Collectif ainsi que du recours.

ImprimerE-mail

Fin novembre 2017 et mars 2018 / Modules de formation IRTS Hauts de France / Site lillois Un Chez-Soi d'abord - information

Depuis 2011, l’ABEJ Solidarité porte, conjointement avec l’EPSM Lille Métropole, le programme expérimental « Un Chez-Soi d’abord ».

Rapidement, ils ont reçu de nombreuses sollicitations d’acteurs nationaux et étrangers, désireux d’avoir un retour sur cette expérimentation et ils ont engagé une réflexion sur la manière de diffuser cette information.

A travers le programme, leurs équipes ont capitalisé une expertise particulière sur les pratiques de rétablissement, comme nouvelle forme d’accompagnement des personnes à la rue et atteintes de troubles psychiques sévères.

Il leur a donc paru essentiel de mettre en avant ce nouveau champs de compétences dans le secteur médical et médico-social.

Depuis la parution du décret de pérennisation du dispositif « Un Chez-Soi d’abord » et après la validation du cahier des charges, leur réflexion s’est concrétisée et, récemment, une opportunité s’est matérialisée avec l’IRTS de Loos (Hauts de France) grâce la parution des futurs appels à projet « Appartements de Coordination Thérapeutique Un Chez-Soi d’abord » visant l’extension du dispositif à 16 nouveaux sites en France.

Ils ont encore des places pour proposer une formation visant la création de dispositifs « un chez-soi d’abord » par des acteurs d’autres territoires en France les 27, 28 et 29 novembre prochain et fin mars 2018.

Toutes les informations : 

http://irtshdf.fr/formations/formation-continue/repondre-a-lappel-a-projet-2018-appartements-de-coordination-therapeutique-chez-soi-dabord/

ImprimerE-mail

Coordonnées

FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France

82, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris

☎ 01 43 15 80 10
☏ fax 01 43 15 80 19

 f  IdF sur facebook

pdfPlaquette Fédération des Acteurs de la Solidarité Ile-de-France

Plus d'informations...

Connectez-vous à votre compte