Face à une personne malade, que faire ? Comment agir ? Protocole à destination des structures

Une personne se trouve ou se rend dans la structure et présente des symptômes pouvant indiquer une infection au COVID-19 (toux, fièvre, difficultés respiratoires, maux de tête etc.) :

  • Si l’état de la personne ne présente pas de signes de gravité (absence de difficulté respiratoire prononcée notamment) :
    • Isoler la personne et lui fournir un masque (si possible sur la structure) et respecter les gestes barrière (lavage de main, se tenir à une distance d’un mètre) ;
    • Contacter le médecin traitant de la personne, s’il existe, ou un médecin avec lequel la structure est en contact (Centre Municipal de Santé, Maison de Santé Pluriprofessionnelle, Maraude médicalisée, etc.) pour orienter la personne vers un dépistage COVID-19.
      Pour les personnes sans couverture médicale ou ne pouvant pas accéder aux professionnels de santé de droit commun (par exemple du fait d’une faible maîtrise de la langue), un grand nombre de Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS) d’Ile-de-France sont en capacité de proposer des tests de dépistage du COVID 19 et certaines comme les PASS Avicennes (voir informations ci-dessous) ou Hôtel Dieu ont mis en place des circuits spécifiques COVID-19. L’Agence Régionale de santé tient à jour via ce lien un tableau de recensement de l’activité des PASS en cette période de crise sanitaire.
      En l'absence de possibilité de mobilisation des ressources sanitaires habituelles, les équipes mobiles sanitaires de l'ARSARSAgence régionale de santé peuvent être sollicitées à l'adresse :
    • Accompagner, dans la mesure du possible, la personne vers la structure de dépistage vers laquelle elle aura été orientée sur avis médical.

Des équipes mobiles sanitaires mises en place par l’Agence Régionale de Santé seront prochainement en activité et pourront se déplacer pour effectuer un diagnostic sur place.

Remarque : dans une même structure d’hébergement, si deux personnes ont déjà été diagnostiquées positives au COVID-19, si d’autres personnes présentent les symptômes de la maladie elles seront considérées comme également infectées au COVID-19 et de nouveaux tests ne seront pas systématiquement effectués.

  • Si l’état de la personne présente des signes de gravité, notamment une détresse respiratoire, appeler le 15.

En structure d’hébergement, une personne est testée et diagnostiquée positive au COVID-19 sans présenter de signes de gravité (détresse respiratoire notamment):

Les équipes mobiles sanitaires mises en place par l’Agence Régionale de Santé peuvent être mobilisées en appui des structures d’hébergement ne disposant pas de professionnels de santé en leur sein pour effectuer un suivi de l’évolution de l’état des personnes malades. Vous pouvez pour cela les saisir l'adresse :

  • S’il est impossible de mettre en œuvre les mesures de confinement au sein de la structure d’hébergement, alors la personne peut être orientée, via le médecin ayant posé le diagnostic COVID-19 et en lien avec l’Agence Régionale de Santé, vers un centre de desserrement. Les centres de desserrement sont destinés uniquement aux personnes :
    • Testées positives au COVID-19 (ou diagnostiquées malades du COVID-19 dans une structure d’hébergement où deux personnes ont préalablement été testées positives au COVID-19) ;
    • Sans gravité de leur état de santé ;
    • En situation de rue ou hébergées dans une structure ne permettant pas la mise en œuvre des mesures de confinement.

Vous êtes invités à remonter les cas de personnes malades infectées au COVID-19 à la DRIHLDRIHLDirection régionale et interdépartementale de l’Hébergement et au Logement via la procédure de remontée d'évènements indésirables.

Les structures d’hébergement doivent également mettre en place des mesures de prévention pour limiter la propagation du virus en leur sein. Une fiche de recommandations à ce sujet est également disponible ainsi qu’une fiche de recommandations à destination des structures accueillant du public.

En attente d'une confirmation PCR, pour les personnes ayant un diagnostic clinique Covid, un nouveau dispositif : les centres "Sas Covid"

Dans le cas de personnes en situation de rue ou en structures d’hébergement collectif pour lesquelles un isolement n’est pas possible, disposant d’un diagnostic clinique de Covid réalisé par un médecin, en attente de confirmation PCR (PCR réalisée et en attente de résultat ou PCR prescrite mais non réalisée) et en l'absence d'indication d'hospitalisation, une orientation vers un centre d'hébergement "Sas Covid" est faite par un médecin hospitalier de ville, d'équipe de maraude ou d'équipe mobile via un certificat médicale transmis au médecin régulateur de l'ARSARSAgence régionale de santé à l'adresse

A la réception du certificat, le médecin régulateur de l’ARSARSAgence régionale de santé contacte le médecin orienteur pour valider les critères définis pour l’admission en centre d’hébergement « Sas Covid » et s’assurer de l’état de santé de la personne. Si c’est le cas, la demande d’admission est validée par l’ARSARSAgence régionale de santé et la personne est orientée vers le centre d’hébergement « Sas Covid » le plus proche, en fonction des places disponibles.
Dès que le médecin prescripteur reçoit le résultat de la PCR, il le transmet au médecin du centre d’hébergement « Sas Covid », ce dernier en informe le médecin régulateur de l’ARSARSAgence régionale de santé.

  • Si la PCR est positive, la personne sera orientée par le médecin régulateur de l'ARSARSAgence régionale de santé vers un centre d’hébergement Covid+
  • Si la PCR est négative, l’orientation de la personne en sortie du centre « Sas Covid » sera travaillée a vec le SIAOSIAOSystème intégré d’accueil et d’orientation de référence qui, avec l’accord de la personne accueillie, aura été informé de son admission en centre d’hébergement « Sas Covid ». La personne retournera dans le centre initial ou sera orientée de nouveau si elle était préalablement à la rue.

Protocole d’inclusion en centre « Sas Covid »

Vous êtes invités à remonter les cas de personnes malades infectées au COVID-19 à la DRIHLDRIHLDirection régionale et interdépartementale de l’Hébergement et au Logement via la procédure de remontée d'évènements indésirables.

Les structures d’hébergement doivent également mettre en place des mesures de prévention pour limiter la propagation du virus en leur sein. Une fiche de recommandations à ce sujet est également disponible ainsi qu’une fiche de recommandations à destination des structures accueillant du public.

Imprimer E-mail

En attente d'une confirmation PCR, pour les personnes ayant un diagnostic clinique Covid, un nouveau dispositif : les centres "Sas Covid"

Dans le cas de personnes en situation de rue ou en structures d’hébergement collectif pour lesquelles un isolement n’est pas possible, disposant d’un diagnostic clinique de Covid réalisé par un médecin, en attente de confirmation PCR (PCR réalisée et en attente de résultat ou PCR prescrite mais non réalisée) et en l'absence d'indication d'hospitalisation, une orientation vers un centre d'hébergement "Sas Covid" est faite par un médecin hospitalier de ville, d'équipe de maraude ou d'équipe mobile via un certificat médicale transmis au médecin régulateur de l'ARSARSAgence régionale de santé à l'adresse

A la réception du certificat, le médecin régulateur de l’ARSARSAgence régionale de santé contacte le médecin orienteur pour valider les critères définis pour l’admission en centre d’hébergement « Sas Covid » et s’assurer de l’état de santé de la personne. Si c’est le cas, la demande d’admission est validée par l’ARSARSAgence régionale de santé et la personne est orientée vers le centre d’hébergement « Sas Covid » le plus proche, en fonction des places disponibles.
Dès que le médecin prescripteur reçoit le résultat de la PCR, il le transmet au médecin du centre d’hébergement « Sas Covid », ce dernier en informe le médecin régulateur de l’ARSARSAgence régionale de santé.

  • Si la PCR est positive, la personne sera orientée par le médecin régulateur de l'ARSARSAgence régionale de santé vers un centre d’hébergement Covid+
  • Si la PCR est négative, l’orientation de la personne en sortie du centre « Sas Covid » sera travaillée a vec le SIAOSIAOSystème intégré d’accueil et d’orientation de référence qui, avec l’accord de la personne accueillie, aura été informé de son admission en centre d’hébergement « Sas Covid ». La personne retournera dans le centre initial ou sera orientée de nouveau si elle était préalablement à la rue.

Protocole d’inclusion en centre « Sas Covid »

Imprimer E-mail

Livret Une histoire de punaises

Suite à une forte recrudescence de punaises de lit à Paris, le CLIC a proposé à ses partenaires de constituer un groupe de travail sur le sujet des punaises en 2018.

Objectif : échanger, investiguer et réfléchir ensemble afin d’être en mesure de proposer aux professionnels du territoire des organisations à tester pour intervenir dans les meilleures conditions possibles au domicile.

Ce groupe s’est réuni autour de Jessica RASSIGA et Catherine ROUX du CLIC à plusieurs reprises à l‘automne 2018, puis en 2019.

Le résultat : le livret Une histoire de punaises

  • vous y découvrirez avec Monsieur DOMICILE, grâce aux connaissances de Madame SANTÉ, tout ce qu’il faut savoir pour éradiquer les punaises de chez soi ;
  • vous y trouverez sous forme de logigramme des préconisations proposées à l’expérimentation ;
  • les vignettes de témoignages qui avaient été présentées à l’occasion de la réunion partenaires.

Télécharger le livret

Imprimer E-mail

2 avril 2019 : Colloque "Santé des personnes migrantes"

La Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France et le Samu Social de Paris organisent le 2 avril prochain une journée dédiée à la question de la santé des personnes migrantes à destination des acteurs sanitaires et sociaux franciliens.

Cette journée a pour objectif de favoriser le débat autour de plusieurs thématiques afin d’interroger et de mettre en perspective les pratiques professionnelles de chacun en matière de santé du public migrant.

Pour ce faire, après quelques propos liminaires, la journée s’articulera autour de cinq tables ronde réunissant autour d’une étude et d’une thématique des professionnels des champs sanitaire et social. Les thématiques retenues pour ces tables rondes sont les suivantes :

  • Accès aux soins et aux droits
  • Santé des femmes
  • Santé maternelle et infantile
  • Accompagnement de la santé mentale des personnes migrantes
  • L’interprétariat et la médiation en santé à destination des publics migrants

Ce colloque se déroulera le 2 avril 2019 à Paris de 9h à 17h

Télécharger le programme

A qui s’adresse la journée ?

Cette journée s’adresse aux soignants et aux accompagnants sociaux des personnes migrantes impliquées dans le parcours de soin des personnes.

Le nombre de places étant limité, nous nous réservons le droit de refuser certaines inscriptions et vous invitons à exprimer votre motivation pour cette journée lors de votre inscription. De même nous pourrons être amenés à limiter le nombre de participant par structure à une personne.

Pour participer à la journée merci de remplir le formulaire de pré-inscription.

cité de refuge

Imprimer E-mail

Coordonnées

Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France

30, boulevard de Chanzy
93100 Montreuil

☎ 01 43 15 80 10 

 f  IdF sur facebook

pdfPlaquette de la Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France

Plus d'informations...

AGENDA

Tous les événements

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte