Les pistes d'amélioration

 Les café discussions ont été l'occasion pour les personnes interrogées de faire des propositions d'amélioration pour faciliter l'accès aux soins et à la santé.

Les pistes d'améliorations ont été émises du point de vue des personnes, celles-ci s'inscrivant dans des territoires et des situations sociales différents. Ainsi, certaines propositions peuvent faire écho à des actions déjà mises en place sur certains territoires.

Synthétiser et clarifier l'information

1.Synthétiser les informations sur les structures existantes et diversifier les outils de communication

  • Développer une application téléphonique « solidaire » pour avoir accès aux coordonnées des structures et se repérer dans une ville.
  • Avoir un index avec tous les numéros et toutes les adresses des structures, sous format d’une plaquette ou d’une borne, qui seraient dans des endroits stratégiques par exemple des salles d’attentes de Sécurité Sociale, le CCASCCASCentre communal d'action sociale etc.
  • Améliorer la signalétique des lieux permettant de renseigner les personnes et les orienter dans leurs démarches (CCASCCASCentre communal d'action sociale, point santé etc).
  • Faire un plan des lieux où on peut appeler gratuitement, et des structures pouvant appuyer les personnes vivant à la rue.

"Oui au moins pour les urgences et si on cherche un hébergement on fait comment on ne peut pas appeler le 115. On ne va quand même pas aller au commissariat pour appeler le 115 c’est complètement idiot."

2.Une information visible et compréhensible

  • Clarifier les droits correspondant aux différentes aides (CMUCMUCouverture Maladie Universel, AMEAMEAide médicale de l'État) : délais de prise en charge, préavis d’attente…

"Et en tant qu’étranger on ne comprend pas toujours. Moi jusqu’à maintenant j’ai l’aide médicale d’état et je ne sais pas si j’ai le droit d’un médecin de base ou non ? "

  • Donner une visibilité sur les soins pratiqués et les coûts engendrés lors des consultations chez les professionnels de santé.

"Non. Moi je citais mon cas je suis entré dans un cabinet dentaire pour me faire soigner une carie et il a pratiqué 4 actes, j’en ai eu pour 125 euros. Et ce n’est pas la première fois que ça m’est arrivé."

 

Travailler à l’imbrication entre le sanitaire, le social, et médico-social

" Oui il y a aussi le problème que quand on se fait hospitaliser pour une maladie quelconque on vous aide on vous soigne mais il y a un moment donné où on vous dit de partir et c’est normal mais qu’est ce que vous faites après ? "

1. Faciliter les rencontres entre les différents secteurs

  • Organiser des rencontres entre le milieu médical, social et médico-social afin de renforcer le partenariat.

2. Une collaboration sur le terrain entre le social, médico-social et sanitaire.

  • "Des améliorations pour faire plus de maraudes avec un médecin et ça serait bien pour les gens de la rue."
  • Création d’un médiateur médico-social.

" Un médiateur par région ou département et qui fasse l’intermédiaire entre tous ces acteurs."

  • Développer le travail de rue en systématisant des équipes médico-sociale.

"Ce qui serait intéressant c’est que le secteur social et médicosocial travaille ensemble pour aller dans la rue."

  • Généraliser des dispositifs type point santé, qui permet l’orientation et le suivi du parcours de la personne.

"Oui une structure qui fait des soins et qui après et surtout ré oriente les gens. Pas qui les soigne et après on ne sait pas."

3. Créer des outils permettant de faire le lien

  • Réfléchir à un carnet recensant les informations santé importantes (n° de sécu, médecin référent...) permettant de faire le lien lorsque la personne sort d'un dispositif de santé ou du social.

 

Dans l’organisation des structures

  • Augmenter l’amplitude d’ouverture des structures d’hébergement afin d’accueillir également en journée et éviter de bouger de structures en structures.

"Et pour le foyer il faut attendre 18h. tu sors à 8h30 le matin. Ca ne se fait pas comme lui il est malade, il reste dehors tous les jours ?"

  • Organiser des ateliers bien être, relaxation dans les structures.

 

Faciliter les démarches administratives

  •  Faciliter les démarches auprès des services de la Préfecture pour les personnes migrantes.
  • "Les médicaments non remboursable avoir un budget pour car  même si on demande une aide financière ça peut prendre du temps. C’est comme si tu tombes en panne avec ta voiture on ne va attendre 6 mois pour mettre des plots et la réparer mais en santé c’est la lenteur..."

 

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte