Interview de Valérie Bocqueho, responsable de pôle de l’association ADALEA : « La gestion d’un service de domiciliation […] nécessite l’équivalent de 40 à 45 000 euros »

Valérie BOCQUEHO1

Dans cette interview, Valérie Bocqueho, responsable de pôle à l’association ADALEA à Rennes, évoque l’importance de la domiciliation des personnes pour l’accès à leurs droits mais aussi les difficultés vécues par son service de domiciliation au sein de son accueil de jour, faute de financements dédiés.

Vous êtes responsable d’un accueil de jour/CCASCCASCentre communal d'action sociale, en quelques mots pouvez-vous nous dire quelles sont vos missions ?
  • Proposer différents services humanitaires aux besoins élémentaires des personnes accueillies tels que la domiciliation, le téléphone, la bagagerie, les douches, la buanderie…
  • Evaluer la situation de la personne dans les domaines de l’hébergement, la santé, l’alimentaire, le vestimentaire et l’accès aux droits,
  • Aider la personne à retisser des liens sociaux à travers sa participation à la vie du lieu et l’encourager dans une démarche participative,
  • Permettre à chacun de retrouver l’accès tant à ses droits qu’à ses devoirs de citoyen,
  • Donner une réponse immédiate ou différée ou encore en orientant vers le dispositif le plus adapté pour répondre à ses besoins en organisant la mise en œuvre de la réponse,
  • Gérer des logements d’urgence de type ALT apportant une réponse rapide de mise à l’abri,
  • Travailler en réseau, dans une volonté de coopération pour confronter les pratiques et mobiliser les acteurs du partenariat local et national,
  • Orienter et accompagner la personne dans une démarche d’accès au droit commun.
Votre structure propose un service de domiciliation, quels sont les enjeux de cette mission ?

Pour les personnes sans domicile stable, la domiciliation est avant tout la possibilité de recevoir du courrier, donc de garder des relations avec des proches et un ancrage dans la vie sociale.

Au-delà du courrier, qui est la première accroche ou parfois le prétexte, elle offre également un lieu de contacts et, pour les intervenants sociaux, l’occasion de créer ou de maintenir un lien avec des personnes souvent isolées.

La domiciliation est ensuite une étape essentielle vers un processus d’insertion ou de réinsertion : elle permet d’accéder à des droits et prestations fondamentaux tels que les minima sociaux, la couverture maladie, l’inscription sur les listes électorales ou le logement social.

Nous savons que la situation des services domiciliataires est extrêmement tendue sur certains territoires. Pourriez-vous nous expliquer les difficultés auxquelles vous devez faire face sur le vôtre ?
  • Difficultés liées au manque de moyens humains,
  • La gestion de la domiciliation au sein d’un accueil de jour génère beaucoup de passages quotidiens et beaucoup de sollicitations (entretiens, distribution du courrier…).
A ce sujet, avez-vous pu exprimer vos demandes/revendications ? Dans quelle mesure celles-ci ont été entendues ?

Oui, en 2012 auprès de la DDCSDDCSDirection Départementale de La Cohésion Sociale mais nos revendications n’ont été que partiellement entendues : 0.20 ETP de secrétariat.

Approximativement, quel coût représente la domiciliation d’une personne ou d’un ménage pour votre structure (ETP, locaux, matériel, etc.) ?

La gestion d’un service de domiciliation tel que le nôtre (agrément portant à 250 le nombre de domiciliations) nécessite l’équivalent de 40 à 45 000 euros pour :

  • Un local dédié,
  • Une armoire à domiciliation,
  • Un guichet de retrait des courriers (pour signature des retraits),
  • Un bureau pour mener à bien les entretiens d’ouverture de domiciliation, de renouvellement, de procuration…
  • Un professionnel permanent (entretiens, enregistrements du courrier, distribution, renvois, saisie dans une base de données…)
Aujourd’hui, que permettrait un financement de votre service de domiciliation ?
  • D’assurer des entretiens approfondis pour l’ouverture de la domiciliation,
  • De faire une première évaluation de la situation des personnes,
  • D’asseoir un service dédié avec gestion d’un local spécifique et clairement identifié.

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte