Interview de Patricia Butticaz, responsable de pôle de l’association SEA 35 à Rennes : « 2284 personnes sont domiciliées sur notre service en 2018 avec une subvention de 94 000 euros, soit un coût de 41 euros par an pour une domiciliation »

Dans cette interview, Patricia Butticaz, responsable de pôle à l’association SEA 35 à Rennes, évoque l’importance de la domiciliation des personnes pour l’accès à leurs droits mais aussi les difficultés vécues par son service, faute de financements dédiés.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Interview de Valérie Bocqueho, responsable de pôle de l’association ADALEA : « La gestion d’un service de domiciliation […] nécessite l’équivalent de 40 à 45 000 euros »

Valérie BOCQUEHO1

Dans cette interview, Valérie Bocqueho, responsable de pôle à l’association ADALEA à Rennes, évoque l’importance de la domiciliation des personnes pour l’accès à leurs droits mais aussi les difficultés vécues par son service de domiciliation au sein de son accueil de jour, faute de financements dédiés.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Les participants à la journée nationale de la domiciliation s’entendent sur la saturation du dispositif et le manque de moyens

Jeudi 11 avril, la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCSDGCSDirection Générale de La Cohésion Sociale) a organisé une journée nationale dédiée à la « domiciliation des personnes sans domicile stable ». La journée aura été l’occasion de réunir les acteurs de l’accès aux droits : les organismes domiciliataires, les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale (CCASCCASCentre communal d'action sociale et CIAS), les communes, les organismes agréés, les personnes domiciliées et les acteurs de l’accès aux droits.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Fin de la trêve hivernale : mobilisation des associations contre les remises à la rue

Le 31 mars marque comme chaque année la fin du plan hiver et la reprise des expulsions locatives. Cet hiver la mobilisation des services de l’Etat et des associations a été forte pour ouvrir jusqu’à 15 000 places hivernales en complément du parc d’hébergement pérenne. Si cet effort a permis de mettre à l’abri pendant quelques mois des milliers de personnes, les remises à la rue le matin, le manque de prestations (alimentaires notamment) et l’absence de travailleurs sociaux ne permettent pas d’accompagner les personnes hébergées sur des solutions durables.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Fin de la trêve hivernale : accompagner les personnes en situation de détresse dans la reconnaissance de leur droit à un hébergement et à un logement

Malgré les efforts conjoints des services de l’Etat et des associations pour ouvrir des places d’hébergement, la situation des familles et des personnes à la rue a été très critique durant tout l’hiver tant en raison du manque de places que de la qualité des places ouvertes. A l’approche du printemps, se superposent la fin de la trêve hivernale au 31 mars qui se traduit par la reprise des expulsions locatives et des bidonvilles et la fermeture progressive des places temporaires ouvertes pendant  l'hiver. Les ménages hébergés vivent dans l’incertitude et avec la peur d’être remis à la rue.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte