Etude sur les signalements au Samusocial de Paris

Pour optimiser le traitement des signalements parvenant à la régulation, une étude a été conduite en 2007 au 115 de Paris par l'Observatoire du Samusocial de Paris. Ces travaux, menés par des sociologues et des statisticiens, ont permis de mieux comprendre le fonctionnement des signalements et les motivations qui poussent les particuliers à signaler des personnes à la rue.

Une première enquête, quantitative, a porté sur les signalements passés au 115 de Paris entre le 1er août 2005 et le 30 juin 2007 : 45 000 signalements au total, soit une moyenne de 63 par jour, pour une amplitude quotidienne allant de 7 à 417 !
Il s'avère que la grande majorité (près de 80 %) des signalements dans la journée sont passés entre 19h15 et 7h, c'est-à-dire pendant le fonctionnement dit "de nuit" au Samusocial de Paris. Sur l'année, c'est la période du « plan hiver » qui concentre le maximum de ces appels (70 %).
En modélisant les informations recueillies, les chercheurs ont pu montrer de manière scientifique qu'il y avait bien un lien entre le froid et le nombre des signalements : entre 2 jours en tout point équivalent hormis une différence de température de 8°C, le volume des signalements varie du simple au double. Pour une différence de 12°C, le volume de signalements varie du simple au triple.

De même, ils ont démontré que l'annonce télévisée faite par les présentateurs météo (pendant le déclenchement du « niveau II » du plan hiver) a également un effet à la hausse : entre 2 jours en tout point équivalents, le déclenchement du niveau II entraînera une hausse du volume de signalements de 27 %.
En revanche, les chercheurs n'ont pas pu confirmer qu'il y avait plus d'appels les vendredis et samedis, contrairement à ce que ressentaient les équipes.

La seconde enquête, qualitative, s'est appuyée sur plusieurs dizaines d'heures de double écoute et une cinquantaine d'entretiens téléphoniques structurés autour de la narration, par le particulier, des moments précédant le signalement.
Il s'agissait d'abord de vérifier si l'action de signaler une personne à la rue pouvait être assimilée à une démarche de déculpabilisation de l'appelant, une façon de se donner bonne conscience. L'enquête a démenti cette hypothèse, les chercheurs allant même jusqu'à supposer que la démarche de signalement pourrait s'apparenter à une demande de rapprochement de la part du particulier.
Les raisons qui poussent au signalement ont été regroupées en 3 catégories, qui expriment chacune une fonction spécifique assignée au 115 :
- le trouble du familier : le sans-abri est quelqu'un de connu et reconnu, et cette personne, ce jour-là, ne va pas bien. Quelque chose dans son allure ou son comportement est inhabituel et inquiétant. On appelle alors le 115 pour une intervention d'urgence.
- l'inattendu inacceptable : une activité est interrompue par la rencontre avec une détresse jugée intolérable. Par exemple, le sans-abri a été croisé au retour d'une soirée, du restaurant, du travail, etc. La scène interpelle et fait surgir la compassion, qui se transforme en injonction à agir. Le signalement est ici une demande d'intervention pour un autrui généralisé, un anonyme en souffrance.
- la représentation du scandale : le sans-abri signalé représente une injustice, un dysfonctionnement de la société. Sans qu'il soit nécessaire de connaître la personne (comme dans le premier cas) ni de se sentir proche d'elle par compassion (2ème cas), sa seule présence à la rue est un scandale. Le signalement est alors un geste de protestation politique.

Le 115 apparaît donc bien comme un opérateur de lien, mais dans une gamme plus étendue qu'on pouvait le croire, allant du traitement de l'urgence à celui de l'injustice structurelle.

> Les résultats détaillés ci-dessus proviennent de l'enquête " Signalements au 115 : de la sollicitation morale à l'intervention professionnelle" par Ekédi Mpondo-Dika, Sylvain Mougel, Marc Brévigliéri, Alexandra Bidet, Erwan Le Méner ». Ce document, ainsi que de nombreux autres travaux, sont consultables sur le site web du Samusocial de Paris (http://www.samusocial-75.fr/ dans la rubrique L'Observatoire).

Article réalisé en collaboraton avec la Régulation du Samusocial de Paris (115 et mauraudes).

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte