"Nul ne doit être contraint de vivre à la rue" : un engagement du Gouvernement suivi de très près par le baromètre hivernal du 115

En janvier 2008, le Premier ministre annonçait les engagements du Gouvernement en faveur des personnes sans-abri et mal logées. La lutte contre le mal-logement devient alors "Chantier national prioritaire" pour la période 2008-2012, sur le principe selon lequel "Nul ne doit être contraint de vivre dans la rue". Pour suivre la période hivernale et l’effectivité des prises en charge, la FNARSFNARSFédération nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale a mis en place un baromètre du 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri.

Un baromètre mensuel


Malgré l’augmentation du nombre de places (+ 58 % entre 2004 et 2010), la capacité d’accueil du dispositif d’hébergement ne parvient pas à suivre la progression des besoins (environ + 75 % pour les personnes sans domicile entre 2001 et 2010 d’après les chiffres de la Direction générale de la cohésion sociale [DGCSDGCSDirection générale de la Cohésion sociale]).

De nombreuses personnes demeurent aujourd’hui contraintes de vivre à la rue ou dans des habitations de fortune. Face à une situation chronique, des mesures transitoires s’appliquent cet hiver encore avec une gestion saisonnière de l’urgence sociale, dont souhaitait pourtant sortir le Gouvernement, lancé dans une stratégie du Logement d’abord.

Pour suivre la période hivernale et l’effectivité des prises en charge, la FNARSFNARSFédération nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale a mis en place un baromètre du 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri à partir des données statistiques de 37 départements utilisateurs du logiciel ProGdis 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri/SIAOSIAOSystème intégré d’accueil et d’orientation.

Publié chaque mois sur le site de la FNARSFNARSFédération nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale - Accès adhérents - rubrique : Les Actions > 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri > Observatoire national 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri, les données statistiques produites fournissent des indicateurs objectifs de mesure de l’efficacité de la prise en charge des personnes par le dispositif d’hébergement. Ses données permettent de mettre en perspective la politique de réforme de l’hébergement et de l’accès au logement, initiée par le Gouvernement en 2009.


Les éléments d’analyse des 3 premiers baromètres


> Une gestion au thermomètre

Les baromètres de novembre, décembre et janvier confirment les observations du rapport de la Cour des comptes et parlementaire sur l’insuffisance des places d’hébergement d’urgence, dans les zones tendues plus particulièrement. Même en plein hiver, plus de la moitié des demandes se soldent par une réponse négative (49 % en décembre et 53 % en janvier). L’absence de places disponibles est le principal motif de non-attribution. Sur les 37 départements étudiés, cela concerne 60 % des demandes d’hébergement n’ayant pas donné lieu à un hébergement en décembre et 58 % en janvier, avec de fortes variations selon les départements.

Cette situation reflète la gestion de l’exclusion "au thermomètre", qui adapte avant tout l’offre d’hébergement d’urgence aux conditions climatiques avant de s’adapter aux besoins des personnes. Au manque de places pérennes pour accueillir les personnes, s’ajoute la douceur de cette période de l’hiver qui limite l’ouverture des dispositifs temporaires.

> Des demandeurs pris dans les « portes tournantes » de l’urgence

A la faiblesse des réponses apportées s’ajoute l’incapacité du dispositif d’hébergement à favoriser l’accès au logement. 65 % des personnes qui ont appelé le 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri en décembre (67 % en janvier) étaient déjà connues dans le dispositif d’urgence.
La politique du Logement d’abord proposée par le Gouvernement reste aujourd’hui un vœu pieux. Sans politique ambitieuse de construction de logement et sans investissement massif sur l’accompagnement social, elle le restera.

> L’enjeu de l’accueil des demandeurs d’asile

Le baromètre fait apparaître un taux de non attribution nettement plus important pour les personnes de nationalité étrangère (65 % en décembre) que pour les personnes de nationalité française. Ainsi, si ces non-attributions s’expliquent en partie par la composition familiale des personnes de nationalité étrangère (55 % sont en famille), elles sont également le résultat de la difficile articulation entre le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile et le dispositif Accueil, hébergement, insertion (AHIAHIAccueil hébergement insertion). L’accueil des étrangers en détresse est un problème structurel. Face au déficit chronique de places dans les dispositifs d’accueil spécifiques et dans le dispositif de droit commun, la France n’est pas en mesure d’honorer les Conventions internationales qu’elle a signées. 

> Le 3ème baromètre 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri : janvier 2012 et focus sur la 1ère semaine de février 2012

Les résultats du troisième Baromètre 115115Numéro d’urgence sociale anonyme et gratuit pour les sans-abri, qui analysent les données du mois de janvier 2012 et les comparent avec celles observées en décembre et novembre, sont parus le 10 février. Ils montrent une légère augmentation du nombre de demandes n'ayant pas donné lieu à un hébergement (53%).

Afin de mesurer les conséquences du déclenchement du Plan grand froid, nous avons également réalisé un focus sur la semaine du 30 janvier au 5 février, qui montre l'ouverture progressive de places supplémentaires sur la semaine, entraînant une baisse des non-attributions pour manque de place. L’ensemble de ces résultats sont disponibles ci-dessous…


Laura Charrier

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte