L’expérimentation Housing First Europe arrivée à son terme

Actualités

Le programme expérimental Housing First Europe s’est achevé le 14 juin dernier lors d’une conférence de clôture à Amsterdam qui a réuni les porteurs de projets et équipes de recherches internationaux. Ses résultats finaux ont été publiés sous la forme de rapports d’évaluations individuels et d’un rapport global rédigé par le sociologue allemand Dr Volker Busch-Geertsema.

Housing First Europe est un projet financé par la direction générale de l’Emploi de la Commission européenne auquel ont pris part dix États-membres entre août 2011 et juillet 2013. Le programme comportait deux branches : l’expérimentation de l’accès direct à un logement individuel et pérenne de personnes sans-abri cumulant un ensemble de problématiques sociales complexes (troubles psychiques, addictions, parcours à la rue parfois très long, etc.) d’une part, et une stratégie de mutualisation d’expériences entre nations de l’autre. Les sites pilotes d’Amsterdam, de Copenhague, de Budapest, de Glasgow et de Lisbonne, ainsi que les sites pairs de Dublin, de Gant, de Göteborg, d’Helsinki et de Vienne ont mis en place des dispositifs innovants s’inspirant des principes mis au point par le Dr Sam Tsemberis, pionnier du Housing First aux Etats-Unis. Les logiques de « capacité à habiter » et d’impératif curatif précédant l’accès au logement ont été subverties par la mobilisation d’un accompagnement social intensif, flexible, individualisé et souvent pluridisciplinaire pour stabiliser les personnes dans leur logement.

Des taux de maintien dans le logement très encourageants

Le rapport d’évaluation démontre l’efficacité des dispositifs d’accès au logement sans pré-requis d’insertion. Dans les cinq sites pilotes évalués, en dépit de contextes socio-économiques, de modèles de prises en charge et de situations du mal-logement extrêmement hétéroclites, la recherche révèle des taux de maintien dans le logement ainsi que des taux de satisfaction des usagers très importants. Le taux de maintien atteint 97,2 % à Amsterdam, 93,9 % à Copenhague, 92,9 % à Glasgow, 79,4 % à Lisbonne, contre moins de 50 % à Budapest, qui est précisément le site qui s’est écarté le plus des principes de Housing First (un accompagnement social peu intensif et de courte durée et un logement temporaire). Le rapport établit également que le logement diffus produit généralement de meilleurs résultats en termes d’insertion que les formules de logement communautaire.

Le programme Housing First Europe ajoute donc une pierre à l’édifice scientifique étayant la possibilité et l’efficacité des dispositifs qui font le pari de l’accès direct au logement. Il faudra désormais compléter ce travail par l’étude des effets de Housing First sur d’autres types de publics (jeunes, familles, etc.) et de problématiques sociales (emploi, parentalité, statut administratif, etc.) et approfondir la réflexion sur les modes d’habitat les plus adaptés.

Imprimer

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte