Conférence pauvreté: groupe Santé

Le groupe de travail « Santé et accès aux soins », placé auprès de Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, est présidé par Michel LEGROS.

Le groupe s’est réuni à trois reprises. Après une première réunion de présentation de la démarche, les deux séances suivantes étaient respectivement consacrées à « l’accès aux soins des populations et la réduction des inégalités », puis aux « populations spécifiques et actions particulières ».

 

Lors de ces deux réunions, les débats ont permis de dresser quelques constats partagés sur les problèmes récurrents rencontrés : une inégalité d’accès aux soins et aux droits, le manque d’universalité de la CMUCMUCouverture Maladie Universel (Couverture Maladie Universelle) dont l’accès est trop difficile, des personnes en situation de pauvreté aux profils divers et dont les problématiques sont spécifiques (personnes à la rue, sans papiers, en situation de prostitution, les usagers de drogues, les travailleurs pauvres, jeunes etc…).

L’accent a été mis sur l’existence de dispositifs intermédiaires qui ont vocation à permettre aux personnes confrontées à la précarité d’accéder à des soins s’ils ne peuvent pas s’adresser aux dispositifs de droit commun. Ces dispositifs permettent d’établir des passerelles vers le droit commun et doivent être pérennisés voire renforcés. L'accès au droit commun doit rester l’objectif pour ces personnes.

La question de l’« aller vers » pour les personnes démunies qui ne réclament rien en matière de santé et de soins est également apparue comme une priorité majeure, nécessitant de repenser les formations des intervenants sociaux et des professionnels du soin pour que les premiers adaptent l’accompagnement proposé et que les second aient une meilleure connaissance de ces publics.

En termes d’organisation territoriale, deux idées ont émergé pouvant par la suite faire l’objet de propositions plus concrètes :

  • le principe d'un Service de santé public ambulatoire qui serait moins discriminant pour les personnes les plus démunies,
  • des expérimentations sur les territoires permettant une meilleure articulation et coordination des acteurs du secteur social, du secteur sanitaire et du médico-social.

Sur cette thématique, la FNARSFNARSFédération nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale porte les orientations et propositions suivantes :

  • favoriser un accès réel aux soins dans le droit commun
  • développer un accès aux droits universels, pour une politique de santé qui s’adresse à tous
  • créer, au sein des ARSARSAgence régionale de santé (Agences Régionales de Santé), parmi les commissions de coordination des politiques publiques, une commission régionale de coordination des politiques socio-sanitaires
  • développer et financer dans le cadre des PRAPS (Programmes Régionaux d’Accès à la Prévention et aux Soins pour les personnes les plus démunies) des structures sanitaires et socio-sanitaires pluridisciplinaires de proximité (centres de santé…)
  • Expérimenter de réels contrats territoriaux socio-sanitaires, à partir des contrats locaux de santé.

Pour prendre connaissance de l’ensemble des constats et propositions portées par la FNARSFNARSFédération nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale dans le cadre des ces groupe de travail: cliquez!

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte