[CP] Grenelle des violences conjugales, un an après : un bilan en mi-teinte pour les associations

CP Grenelle
Paris le mercredi 3 septembre,

Un an après le lancement du Grenelle des violences conjugales le 3 septembre 2019, les associations rendent public un premier bilan des mesures gouvernementales.
La concertation des associations de défense des droits des femmes permet de mettre à jour un bilan mitigé s'agissant de l'avancée des mesures issues du Grenelle.

S'il faut saluer que deux tiers des annonces ont été mises en place ou engagées, les associations soulignent  que les mesures les plus coûteuses (par exemple le financement de nouvelles structures  dédiées  à  la  prise  en charge sanitaire psychologique sociale des femmes victimes sur le modèle par exemple de la  Maison  des  Femmes de Saint-Denis ou de l'Institut Women Safe) restent encore en suspens alors que les  mesures  législatives ne nécessitant pas de moyens supplémentaires ont, elles, été adoptées.

Alors que la crise sanitaire et le confinement ont pu ralentir l'avancée des mesures, la crise, à laquelle les associations ont été aussi fortement confrontées, a révélé les angles morts du Grenelle, en  particulier  le manque d'hébergements spécialisés pour la mise en sécurité des femmes victimes de toutes formes de violences ou le besoin de solutions de signalement discrètes. Parmi les oubliés également des mesures annoncées: les familles et enfants des victimes trop peu pris en compte au cours du Grenelle.
Si les mesures annoncées à l'issue du Grenelle des violences conjugales ne suffiront pas à  mettre  fin aux violences faites aux femmes, ni aux féminicides, les associations insistent sur le besoin d'un suivi appuyé et transparent sur leur mise en œuvre.

Les associations le disent et soutiennent depuis plusieurs années: il est essentiel de mettre les moyens contre les violences faites aux femmes pour mieux prévenir et protéger. Un rapport de la commission des finances publié le 27 août dernier le confirme : les moyens existants ne sont pas suffisants pour une politique d'envergure de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Les associations d'écoute, d'accompagnement et de mise en sécurité des femmes victimes de violence sont toujours débordées de demandes. Les vies de femmes et parfois de leurs enfants sont en jeu !

Accéder au rapport - BILAN Un an après le Grenelle

Accéder au communiqué en pdf

Contact presse :
Fédération des Acteurs de la Solidarité : Audrey-Jane Baldi – 06 17 80 03 52

 

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte