Formation autour des nouvelles dispositions de la loi Elan

Les APU de Fives, Moulins et du Vieux Lille et la délégation régionale Hauts de France de la Fondation Abbé Pierre organise ce 26 mars 2019, une formation autour des nouvelles dispositions de la Loi Elan notamment dans son volet Logement et l’articulation avec le surendettement, à destination des travailleurs sociaux, des permanents et bénévoles associatifs.

Être formés et qualifiés dans nos actions est nécessaire pour garantir à toutes et tous un accès aux droits. Cette formation est gratuite cependant il est nécessaire de vous inscrire via le lien que vous trouverez ci-suit.

https://goo.gl/forms/Qe03E6asNFRo5ToS2

La formation se déroulera

le Mardi 26 mars 2019 de 14h à 16h30
 à la Fac de Droit -1, Place Déliot à Lille – Salle E.03
M° Porte de Douai

N'hésitez par à diffuser l'information dans vos réseaux.

APU Moulins
84, rue d'Arras - 59000 LILLE
03 20 97 72 94

Imprimer E-mail

DISCOURS D’OUVERTURE DES ASSISES DU LOGEMENT D'ABORD - 27-28 septembre 2018 - Par Philippe DUMOULIN

fédé hautsdefrance 2

 

ASSISES NATIONALES DU LOGEMENT D’ABORD

DE LA RUE AU LOGEMENT. EN FINIR AVEC LE SANS ABRISME

AMIENS, les 27 et 28 Septembre 2018

DISCOURS D’OUVERTURE - Philippe DUMOULIN, Président de la Fédération des acteurs de la solidarité Hauts-de-France

Monsieur le préfet, Monsieur le Président du Conseil Régional des Hauts de France, Monsieur le Président du Conseil Départemental de la Somme, Madame la Maire d’Amiens, Monsieur le Président d’Amiens Métropole,  Monsieur le Président de la Fédération des Acteurs de la Solidarité,

Mesdames et messieurs les représentants des services déconcentrés de l’Etat, des collectivités territoriales, des bailleurs sociaux, des organismes dédiés à l’aide sociale,

Mesdames et messieurs les représentants bénévoles, et salariés des Fédérations et des associations  engagées dans la lutte contre le sans-abrisme, depuis le repérage des personnes sans domicile dans la rue et leur accueil inconditionnel jusqu’au logement, en passant par l’Hébergement et ses ressources d’accompagnement diversifiées et adaptées,

Mesdames et messieurs les représentants des personnes accueillies et accompagnées, et les travailleurs pairs,

Vous, nos partenaires de l’emploi, de la santé, du logement, du socio culturel…

Et enfin vous les travailleurs sociaux en formation,

 

Tous acteurs du Logement à partir de vos missions respectives, et remarquablement présents pour ce challenge,

J’ai le plaisir, au nom de la Fédération Nationale des Acteurs de la Solidarité, de vous accueillir en terre picarde, à Amiens, au cœur de la Région des Hauts de France, dans le cadre de nos  Assises Nationales que nous avons intitulées : «  De la rue au logement. En finir avec le sans-abrisme ».

Le choix de situer nos rencontres à Amiens n’est pas neutre : le nouveau  périmètre de la Région  situe cette ville dynamique au centre des redéploiements administratifs, et a généré un nouvel échange d’expériences et de compétences autour des sujets partagés par les acteurs de cette grande Région… au premier rang desquels la lutte contre la précarité et l’exclusion sociale, le droit au logement et la lutte pour l’emploi et la formation.

Comme le titrait le film d’Etienne Chatilliez, la vie n’y est pas un long fleuve tranquille …mais la prégnance de la culture de solidarité ouvrière comme paysanne, la tradition d’accueil, la résilience largement répandue, et la force de la vie associative y sont des atouts essentiels pour répondre aux défis d’inclusion pour nos concitoyens moins chanceux.

Nous le savons tous, l’obtention durable d’un logement est une des conditions premières de cette inclusion. Et comme l’ont déjà campé les premiers intervenants à ces Assises, le thème de ces deux journées sera le Logement d’abord, une stratégie d’intervention que la Fédération des acteurs de la solidarité promeut depuis plus de dix ans. Fondée sur la conjonction entre un accès rapide au logement de droit commun et un accompagnement social adapté, elle vise rien de moins que mettre un terme durable au sans-abrisme dans notre pays.

Les pouvoirs publics se sont approprié ce principe pour en faire le slogan du « Plan Quinquennal 2018-2022 pour le Logement d’ Abord et la lutte contre le sans-abrisme ».

Lancé par le Président de la République en Septembre 2017, ce nouveau plan sur le Logement, qui ambitionne de promouvoir et d’accélérer l’accès au logement des personnes démunies, se décline autour de 5 priorités, elles–mêmes distribuées autour de … 16 axes… et 60 mesures.

Vous l’avez remarqué, ces mesures de niveau technique sont formulées en objectifs généraux, à l’infinitif, et au stade de la mise en œuvre attendue, il apparaît évidemment nécessaire de fournir à ces verbes des sujets, ainsi que des temporalités, pour rendre ces objectifs opérationnels et évaluables.

Dit plus simplement, il appartient de définir qui doit et va faire quoi, avec qui, dans quel délai et selon quel ordre de priorités, pour que les responsabilités puissent être repérées, convenues, légitimées, et que l’évaluation puisse jouer son rôle d’imputation et de scansion de la démarche générale.

Car chacun des acteurs que vous êtes est appelé à s’emparer de ces objectifs, en fonction de ses mandats et missions, mais aussi souvent à en traiter aux niveaux les plus fins des territoires avec ses partenaires fidélisés ou de nouveaux alliés à gagner. En effet, à côté de la prise en compte de cette ambition par les territoires, la condition majeure de la réussite du PLAN est clairement identifiée autour d’un renforcement de la dynamique de coopération, du fonctionnement en réseau et de la synergie des acteurs.

En cohérence avec cette volonté de co-construction, il convenait donc de pouvoir disposer d’un temps et d’un espace pour permettre aux acteurs impliqués et concernés de faire se rencontrer leurs analyses, valider les diagnostics et les réponses imaginées, mais aussi évoquer les ressources et les freins à la mise en œuvre, les opportunités à saisir, et imaginer les stratégies partenariales gagnantes… Peut-on rappeler cette évidence des sciences de l’action : les acteurs ne sauraient se limiter à être de simples agents: ils sont avant tout des penseurs, et il convient de les associer au plus tôt aux processus de changement où l’on attend leur contribution.

Dès l’été 2017, la Fédération Nationale des acteurs de la Solidarité et la Fédération Régionale des Hauts de France se sont donc saisies de cet objectif de réunion défini comme une priorité en sus des lourdes préoccupations telles que les mesures tarifaires opposées aux CHRSCHRSCentre d’hébergement et de réinsertion sociale, le projet de loi ELAN, le Projet de Loi Asile et Immigration, etc.

Cet objectif est aujourd’hui atteint. Vous êtes  650   présents à cet événement, et les équipes nationale et régionale, que je tiens à mettre ici à l’honneur pour leur réactivité et leur capacité à partager leurs compétences, ont élaboré, en trois mois congés inclus, un programme alterné de tables rondes, d’ateliers, de mini - conférences et de temps de rencontres qui vont vous permettre de partager et faire remonter vos interrogations, vos opinions, vos attentes et vos engagements : ce sont les objectifs assignés à ces Assises.

Permettez-moi, puisque je tiens le micro, de terminer cette intervention par quelques réflexions personnelles.

Je le rappelais, la thématique du Logement d’ Abord n’est pas nouvelle. Elle a voici déjà quelques années été portée comme une revendication par la Fédération des acteurs de la solidarité. Il apparaitrait regrettable que la volonté politique d’y mettre une priorité se traduise dans les faits par un déni de l’expérience et de l’efficacité des acteurs associatifs de première ligne.

Les associations de notre secteur ont toujours posé l’hébergement comme une solution provisoire dans l’accession par les personnes à un logement durable : elles savaient par réalisme que cet accès n’est pas donné d’entrée pour la grande part des personnes en demande.

Entre idéal et réalité, elles ont à la fois constitué un filet de protection indispensable aux personnes et à la cohésion sociale, elles ont contribué par l’accompagnement à la promotion des personnes et de leurs compétences, et elles ont inventé, à partir d’une ingéniosité engagée et des partenariats tissés, des réponses spécifiques  adaptées aux différents publics et à leurs besoins, créant progressivement une palette d’offres intermédiaires au logement.

Ce modèle dit de l’escalier, en parallèle avec l’image de l’escalier pour l’ Insertion de Jacqueline Lorthiois, n’a  pas été imposé par le secteur de l’hébergement…lui opposer  cette logique reviendrait à  «  tirer sur l’ambulance »… au moment même où le Plan Quinquennal affirme à la fois que ce secteur doit pouvoir revenir à ses missions premières…mais encore et toujours servir de filet de protection pour les personnes qui n’accèdent pas au Logement (parce qu’elles n’en remplissent pas les conditions administratives, parce que l’offre locative est trop chère ou parce qu’elles sont victimes de discriminations) ou pour les personnes qui connaissent des ruptures de parcours (Axe 14).

Loin d’être ringards, il apparaît au contraire que les centres d’hébergement sont des partenaires expérimentés, présents et impliqués sur les territoires, et prêts à poursuivre leur collaboration avec les bailleurs, les services de l’Etat,  et les collectivités pour l’atteinte d’un but qu’ils partagent sans équivoque…pourvu qu’on leur en laisse les moyens. Mieux, rappelons que le secteur de la veille sociale et de l’hébergement est à l’origine de multiples innovations en faveur du Logement d’abord : développement de CHRSCHRSCentre d’hébergement et de réinsertion sociale hors-les-murs, création de services d’intermédiation locative et d’accompagnement dans le logement, expérimentation de plateformes territoriales d’accompagnement social, engagement dans le programme national Un chez soi d’abord et dans l’appel à projets 10 000 HLMHLMHabitation à loyer modéré accompagné, formation au rétablissement, développement de la pair-aidance, etc. Le secteur est donc tout à fait capable de se mettre au diapason du Logement d’abord, si toutefois les politiques publiques du logement et de protection sociale poursuivent ce même objectif…

Une seconde idée me vient, autour du proverbe naturellement attribué à un  chinois  «  Quand le sage désigne la lune, l’imbécile regarde le doigt ».

Je vous proposerais de le paraphraser par

«  quand l’ambition désigne le Logement, le diagnostic focalise sur l’ Hébergement »

L’hébergement est-il la cause ou la conséquence d’un dysfonctionnement dans l’offre de logement ? Sur ce niveau, les bailleurs, les collectivités et les élus auraient/ont  tant à nous apprendre !

Et encore, Loger d’abord, oui. Mais la seule installation dans les murs ne suffit pas. Et le Plan le martèle : un accompagnement durable est une clé de l’occupation, en amont, pendant et en aval, pour exercer pleinement les droits et devoirs du locataire et permettre au ménage de s’inscrire dans son environnement en pleine citoyenneté. Une question en découle naturellement, celle des moyens au service de l’ambition…

J’ai bien conscience d’avoir abusé de mon statut d’accueillant, mais c’étaient là trois premières mises en bouche pour vos neurones impatients.

Aussi je vous laisse entre les mains de notre Directeur Général, Florent GUEGUEN, …et vous remercie de votre écoute.

Bonnes Assises à nous tous !

Imprimer E-mail

Formations 2019 en partenariat avec l’UNAFO

 unafo    fédé hautsdefrance 2

Suite à une réflexion menée en 2018 au sein du groupe hôtes de Pension de Famille-Maison Relais sur les thématiques qui pourraient faire l’objet d’une formation, deux thèmes ont été retenus :

  • Le vieillissement des personnes accompagnées en Pension de Famille - Maison Relais
  • Se prémunir contre les agressions 

En partenariat avec l’Unafo, une première formation a lieu le 13 et 14 Novembre dernier sur la thématique  « Loger et accompagner des personnes vieillissantes isolées ».

 Deux nouvelles formations sont programmées en 2019 à Lille :

Le tarif de cette formation est le même pour les adhérents UNAFO et/ou Fédération des acteurs de la Solidarité, 400€ pour la 1ère personne et un tarif dégressif en fonction du nombre de participants par association.

Pour participer à cette formation, merci de remplir la fiche de préinscription à envoyer à cette adresse :

Imprimer E-mail

Accompagner le demandeur dans la mise en œuvre de son droit au logement - Approfondissement DALO" en Mars 2019

couv brochure dalo

La Fédération des acteurs de la solidarité Hauts-de France organise une formation " Accompagner le demandeur dans la mise en œuvre de son droit au logement - Approfondissement DALODALODroit au logement opposable" en Mars 2019.

Objectifs pédagogiques et compétences visées 

  • Donner aux travailleurs sociaux les moyens d'assurer une réelle prise en charge des personnes accompagnées pour faire valoir leur droit au logement.
  • Développer leurs compétences professionnelles dans ce champs
  • Maitriser les procédures liées à la loi DALODALODroit au logement opposable

Public :

  • Travailleurs sociaux et bénévoles                                            

Durée :

  • 2 jours

Dates et lieux :

  • Lille le 19 Mars 2019
  • Arras le 26 Mars 2019

Tarifs :

  • Adhérents : 500 euros
  • Non adhérents : 550  euros

Programme et information

pdfTélécharger le programme

Pour vous inscrire :

Cliquez sur le lien suivant : Inscription

Ou copiez-collez le lien suivant dans votre navigateur : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe- XNwc01kai6YhTBW4Q6jS7ZuS9BEnRpDMi12ioEO4CIqi3Q/viewform?usp

Imprimer E-mail

[CP] Faire mieux, avec moins, quand les besoins augmentent… Il nous manque une baguette magique !

fédé hautsdefrance 2

Communiqué de presse
Lille, le 26 juin 2018

Faire mieux, avec moins, quand les besoins augmentent…
Il nous manque une baguette magique !


Les besoins en matière d’hébergement des plus démunis ne cessent d’augmenter…

En février 2018, alors que les places de veille saisonnière étaient ouvertes, dans les Hauts-de-France, les services d’orientation ont dû répondre « désolé, pas de places » à plus de 1 336 personnes dont 250 jeunes de moins de 25 ans et 112 enfants de moins de 3 ans !

Rien ne s’arrange avec les beaux jours… la majeure partie des places de l’hiver ont dû fermer, n’ayant pas été pérennisées.

Pourtant, l’Etat travaille depuis octobre à l’écriture de son plan de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes… Cette réforme serait-elle moins urgente que les autres ?

Dans le même temps, une réforme de la tarification des Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, plus rapide celle-là, vient diminuer de plus de 2,3 millions d’euros leurs capacités de réponses en région ! Et à ce jour, alors que toutes les structures travaillent à flux tendu depuis plus de 6 mois, les associations de solidarité ne connaissent toujours pas les coupes budgétaires qu’elles vont subir…

Dès lors, comment mettre en oeuvre sereinement la politique du « logement d’abord » ? Ceci ne peut se faire brutalement, sans accompagnement des équipes, sans accompagnement des ménages ! Passer de la rue à un logement et s’y maintenir, est un droit fondamental, mais qui n’aboutit pas sans moyens d’accompagnement des personnes les plus fragiles. Cela ne se fait pas sans une production nouvelle de logements sociaux à loyer abordable !

Ne resterait-il plus que la voix du droit pour se faire entendre ?

Le droit à l’hébergement a été reconnu comme une liberté fondamentale, et tout comme le droit au logement, il est inscrit dans la loi. Si les partenariats sur les territoires nous entendent et oeuvrent au quotidien pour trouver des solutions, force est toutefois de constater que l’énergie locale seule n’y suffit pas, et qu’il est temps qu’une ambition politique forte et cohérente s’empare du sujet.

Les associations de lutte contre l’exclusion que nous fédérons sont toutes prêtes à venir co-construire des réponses avec les services de l’Etat dès lors que nous serons écoutés et reconnus dans notre expertise…Le résultat de plus de 60 ans d’accompagnement de nos concitoyens dans le besoin.

pdfTélécharger le communiqué de presse

Imprimer E-mail

Coordonnées

Fédération des acteurs de la solidarité
Hauts-de-France 

199 - 201 rue Colbert
Centre Vauban - Bâtiment Lille - 2ème étage
59000 LILLE
☎ 03 20 06 15 06
☏ fax 03 20 08 63 34

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de la Fédération des Hauts-de-France en cliquant ici.

Archives

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte