[Réfugiés/migrants] : Schéma National de l’Accueil des Demandeurs d’Asile et des Réfugiés

La DGEF entame des travaux relatifs à la définition et la mise en place d’un Schéma National d’Accueil des Demandeurs d’Asile et des Réfugiés (SNADAR).  

Le 17 septembre, un premier COPIL a été organisé, rassemblant les principales administrations impliquées dans l’accueil des DA et intégration des BPI, associations nationales opératrices de lieux d’hébergement du DNADNADispositif National d'Accueil ou de SPADA (Dont la FASFASFédération des acteurs de la solidarité).  

Le SNADAR vise 2 principaux objectifs :  

  • Mieux héberger : renforcer la part des DA dans le DNADNADispositif National d'Accueil
    • Orienter précocement les DA sur l’ensemble des régions métropolitaines
    • Réduire les délais de la demande d’asile
    • Renforcer la fluidité du DNADNADispositif National d'Accueil
  • Mieux accompagner :
    • Mieux détecteur les vulnérabilités : plan vulnérabilités
    • Orienter les publics asiles hébergés dans le 177 vers les dispositifs adaptés
    • Faciliter l’accès aux droits le long du parcours

Lors de la rencontre, il a été posé le constat suivant : la gestion déconcentrée du parc du DNADNADispositif National d'Accueil pendant le confinement a permis un meilleur taux d’occupation (difficultés persistantes sur les CPHCPHCentre provisoire d’hébergement) même si un déséquilibre territorial persiste sur les lieux d’enregistrement. Il a été proposé d’utiliser le CAES comme dispositif pivot avec orientation dès le passage en GUDA, les régions seront ensuite responsables de l’orientation depuis le CAES vers des dispositifs plus pérennes du DNADNADispositif National d'Accueil.  

  • Annonce de création de places CAES et CADACADACentre d’accueil pour demandeurs d’asile, arbitrages en cours, sera annoncé dans le PLF2021.  

La DGEF souhaite une entrée en application du schéma au 1er janvier 2021.

Imprimer E-mail

[Petite Enfance] : Stratégie européenne des droits de l'enfant / Consultation enfants

UNICEFUNICEFFonds des Nations unies pour l'enfance, au côté d’autres partenaires, a été missionné par la Commission Européenne pour mener des consultations auprès d’enfants dans le but d’élaborer une stratégie européenne des droits de l’enfant.  

Partenaire de la Fédération, il est proposé aux adhérents du réseau de pouvoir participer à cette stratégie en organisant des consultations avec les enfants qu'ils accompagnent. Cela peut prendre plusieurs formes: 

  • Un questionnaire est disponible en ligne (en suivant ce lien), il est plutôt adapté pour des enfants entre 11 et 18 ans. D’une durée de 30 minutes environ, il peut être diffusé largement pour que le plus d’enfants possible puissent contribuer à l’élaboration de cette stratégie.
  • Le groupe de travail de la commission européenne vise aussi la participation d’enfants plus jeunes et de publics considérés comme davantage vulnérables, notamment des enfants « migrants/réfugiés » ou « en situation de pauvreté/sans hébergement » et recommande pour ces publics l’organisation d’un atelier (en ligne ou en face à face).

Si vous souhaitez organiser un atelier, nous vous invitons à nous contacter pour échanger autour des modalités de consultation (trame à suivre, animation, etc.).  

Les écrits seront centralisés par UNICEFUNICEFFonds des Nations unies pour l'enfance France qui prendra en charge la traduction en anglais de ces documents pour les transmettre ensuite au siège de l’UNICEFUNICEFFonds des Nations unies pour l'enfance à Genève puis à la Commission européenne. La date limite de réception des questionnaires est le 25 octobre 2020, la phase consultation des enfants se terminant à la fin du mois d’octobre.  

Le rapport et la stratégie finale seront disponibles en ligne et partagés avec tous les enfants ayant pris part à la consultation à la fin de l’année 2020.

Pour toute information supplémentaire, merci de bien vouloir contacter Emilie GARBE, , 07 50 59 05 96

Imprimer E-mail

[Réfugiés/migrants] : une enquête FLASH de la DIAIR sur les usages numériques des personnes réfugiées (BPI) et de leurs « aidant.es »

Cette enquête est lancéepar la DIAIRdans le cadrede la mise en œuvre desa stratégie de lutte contre la fracture numérique des BPI. Elle s’adresse aux BPI, travailleurs sociaux et à toutepersonne accompagnant ce public.

 

Présentation de l’enquête

bouton cliquez ici bleu Fnars

 

Accès au questionnairebouton cliquez ici vert Fnars

 

Trois types de questionnaires peuvent être remplis selon la personne qui choisit de répondre à l’enquête, d’une durée de 5-10 minutes chacun:

  • Un à destination des personnes BPI seules, questionnaire disponible en français, arabe, anglais et allemand.
  • Un à remplir par une personne BPI accompagnée de « L’aidant.e» qui l’accompagne
  • Un à destination des « aidant.es » seul.es.

 

Ils visent à affiner le diagnostic de la DIAIR sur les besoins des publics BPI en matière de formation, équipementet connexion. De nouveaux programmes d’inclusion au numérique pourront alors en résulter. 

Imprimer E-mail

Votre structure propose des services aux MNA ? Référencez-les sur l’application Miniila !

Promis lors de la précédente newsletter, nous revenons vers vous au sujet de l’application “Miniila” qui s’adresse aux MNAMNAMineurs non accompagnés de notre territoire. 

 

Dans le but delutter contre les risques d’exposition au trafic d’être humain, la consommation/trafic de drogue,la prostitution et pour favoriserleurinclusion sociale,MissingChildrenEurope a développéun outil numériqueà leur service.

 

Il donne à voir les droits auxquels ils ont accès,répertorieles services proposés par les structures qui sont à proximitédu lieu où ils sont localiséset pouvant répondre à leurs besoins (santé, hébergement, aidealimentaire, etc.). 

 

Vous souhaitez y référencer vos services d’accueil,d’orientation,d’hébergement et d’accompagnement des Mineurs Non Accompagnés ? 

 
 

Le SSI est à votre disposition, n’hésitez pas à les contacter.Ils sont également disponibles pourorganiserune visioconférencede façon àvous expliquer plusconcrètementle fonctionnement et l’utilisation de l’application. 

 

Retrouvez la plaquette de présentation de l’application ci-jointe, ainsi que lesite internet :https://miniila.com/

Imprimer E-mail

[MEL] Soutien aux associations fragilisées par la crise

Pour soutenir les associations fragilisées par la crise, le conseil municipal de la ville de Lille, qui s'est réuni le 12 juin, a voté la création d'un fonds exceptionnel d'urgence et d'accompagnement d'un million d'euros pour 2020. Les associations qui souhaitent en bénéficier peuvent déposer une demande auprès de la Maison des Associations. 

Depuis le début de la crise sanitaire, la Ville a été aux côtés des associations, avec l’appui de la Maison des Associations, qui les a accompagnées quotidiennement pendant le confinement, et via la plateforme Place des Assos qui a recueilli près de 400 propositions en 2 mois. La Ville a maintenu toutes les subventions votées ou prévues pour les associations, même quand les activités concernées n’ont pu se tenir ou ont été modifiées. Elle a également rendu gratuits les loyers des associations lorsqu’elles sont hébergées dans des locaux municipaux.

 

Un fonds d’urgence d’un million d’euros

Ce fonds d'urgence voté par le conseil municipal contribue à aider les associations lilloises, lommoises et hellemmoises qui font face à des  problèmes matériels, financiers (perte de recettes, surcoût d’activités…), RH (besoins de formation aux gestes barrières, défection de bénévoles) et de fonctionnement (relations avec les adhérents, organisation de conseils d’administration, etc).

Les aides financières peuvent être débloquées dès ce mois de juin et pendant l’été.

Un premier volet, à hauteur de 350 000 euros, est déployé avec l’appui de la Fondation de Lille.

Après l’été, le reste du fonds sera mobilisé soit directement par la Ville, soit à nouveau avec l’appui de la Fondation de Lille.

La Ville proposera également un soutien logistique, matériel ou de formation pour aider les associations à faire face aux mesures engendrées par les protocoles sanitaires d’activité.

 

Une démarche simple pour bénéficier du fonds

Pour bénéficier du fonds, les associations déposent leur demande auprès de la Maison des Associations (consultez le dossier ci-dessous).

L’aide financière est décidée collégialement (élus, associations, Fondation) sur des principes partagés. Le versement est immédiat.

  • 1er dépôt avant le 20 juin
  • 2ème dépôt avant le 10 juillet
  • 3ème dépôt avant le 15 septembre.

Les critères d'éligibilité au soutien:

  • Avoir son siège social ou son activité principale à Lille, Hellemmes ou Lomme,
  • L'activité de l'association doit être majoritairement portée par des bénévoles ou des emplois aidés (sauf dérogation)
  • Perte de chiffre d'affaires net lié à la crise sanitaire
  • Difficultés de trésorerie prévisibles sur l'exercice en cours
  • Maintien de contrats de travail ou d'engagements divers malgré les annulations ou reports
  • La demande doit concerner les politiques municipales
  • La Ville ne se substituera pas aux désengagements de tiers ou à d'autres aides légales non sollicitées

Lien vers le site de la Mairie de Lille

Imprimer E-mail

Coordonnées

Fédération des acteurs de la solidarité
Hauts-de-France 

199 - 201 rue Colbert
Centre Vauban - Bâtiment Lille - 2ème étage
59000 LILLE
☎ 03 20 06 15 06
☏ fax 03 20 08 63 34

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de la Fédération des Hauts-de-France en cliquant ici.

Archives

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte