F#20 - Les enfants à la découverte de la biodiversité

Les dossiers de F magazine

Grand angle
 SUR LE TERRAIN 

enfants1

Jeudi 29 août, Les Petits Débrouillards Île-de-France ont réalisé une sortie estivale avec les enfants du Centre d’Hébergement d’Urgence (CHUCHUCentre hospitalier universitaire) Parmentier géré par l’association AMLI/Batigère, situé dans le 11ème arrondissement de Paris. Sur les 193 places pour des familles et des femmes isolées en situation de grande précarité que compte ce CHUCHUCentre hospitalier universitaire, une quinzaine d’enfants accompagnés de trois mamans ont pu participer à l’événement. Au programme : profiter du Jardin des Plantes, haut lieu de culture scientifique, de préservation de la biodiversité et de promenade, avec une animation sur la classification des espèces par Les Petits Débrouillards, et la rencontre de Christine Rollard, chercheuse au Muséum National d’Histoire Naturelle, spécialiste des araignées.

CO-CONSTRUCTION ET PARTICIPATION

Cette sortie se place dans le cadre plus large du projet « Respirations », un programme d’innovation sociale d’accès à la culture à destination des familles, jeunes et enfants sans domicile et mené conjointement par trois associations : la Fédération des acteurs de la solidarité, Cultures du coeur et Les Petits Débrouillards. Depuis plus d’un an et dans le cadre d’une convention au sein du CHUCHUCentre hospitalier universitaire Parmentier géré par Batigère (voir article page 15), l’équipe parisienne des Petits Débrouillards mène des animations hebdomadaires de découverte des sciences in situ, ponctuées de sorties et de temps de valorisation à destination des familles. Ces actions de médiation s’effectuent en collaboration étroite avec l’équipe de travailleurs.euses sociaux.ales de l’association AMLI, qui oeuvre au quotidien pour répondre au mieux aux besoins des hébergé.e.s. En présentant la culture comme vecteur d’émancipation et d’autonomie, le projet « Respirations » encourage ainsi le rapprochement du champ social et du champ culturel, favorise l’émergence de projets co-construits et le partage d’expérience entre deux milieux, à la fois proches et distincts, avec le même objectif de répondre à des besoins réels d’accompagnement de publics fragilisés.

Durant les ateliers hebdomadaires, les parents ne sont pas forcément présents, ce qui leur permet d’avoir des « moments off » ou de dégager du temps pour s’occuper de démarches administratives. D’autres temps, tels que les sorties, regroupent les parents et les enfants pour justement leur permettre de se retrouver autour de temps conviviaux, qui sortent de la vie quotidienne.
Une heure avant le départ, la sortie a du succès, il y a plus de participants que prévu ! L’âge des enfants va de 5 à 11 ans, et exceptionnellement 3 ans avec Moustapha et Chrysmaelle qui, avec une forte volonté, désiraient suivre le groupe. Après le moment des consignes, le groupe se dirige vers le métro : les enfants jouent, rient, comptent les stations.

DECOUVERTE DE LA BIODIVERSITE : DES SOUVENIRS ET DES ACQUIS POUR DEMAIN

Une fois tous arrivés, un arbre de parenté du vivant simplifi é est installé sur l’une des pelouses du Jardin des Plantes. L’objectif pour les enfants est de naviguer dans la ramure et suivre les bonnes branches pour retrouver la famille de l’animal qu’ils auront en image dans la main. En attendant cette installation, les enfants débattent ensemble avec Thuan, animateur Petits Débrouillards, sur cette fameuse question du vivant : « Qui est vivant et qui ne l’est pas ? », et celle-ci est bien plus complexe qu’on ne le pense !

Pendant que les enfants sont absorbés par les jeux éducatifs, les mères observent et discutent entre elles, se confient : « Nous aussi, on se relaxe. » En voyant sa fi lle participer à l’atelier, une maman nous fait la remarque : « Ma fi lle à un retard de langage et d’autres problèmes. Elle s’amuse avec les autres. Elle est heureuse. Je suis heureuse.» Elles ne participent pas directement aux jeux, mais elles observent, notent des points positifs et testent l’ « aspirateur à insectes » (qui par ailleurs peut aspirer n’importe quel arthropode terrestre) que les enfants ont fabriqué lors d’un atelier précédent. Les pelouses regorgent de petites bêtes diverses et variées à contempler et étudier.

Après une telle activité, une pause goûter est appréciée, et c’est à ce moment-là que Christine Rollard se joint au groupe. L’arachnologue* nous fait une petite  introduction sur ses bêtes de prédilection, les araignées. Elle explique et encourage les enfants à observer ces petits animaux qui les entourent tout en prenant la direction de son laboratoire. Sur le chemin, le groupe recherche des toiles d’araignées. Les enfants s’extasient, s’interrogent, sont effrayés ou passionnés par ce qu’ils voient. Tous ensemble, ils recherchent et observent les araignées avec du matériel scientifique.

Selon Thuan, cette après-midi permet l’acquisition de connaissances, la découverte de notions et la réfl exion sur des sujets inhabituels qui agiront sur la confiance en soi, la capacité à créer du lien avec les autres et à s’exprimer. Ces moments consolident également les liens familiaux à travers de bons moments partagés qui sortent de l’ordinaire.
À la fi n de la journée, il est évident que ce moment était une vraie respiration dans un quotidien parfois diffi cile et que plus largement, ce type d’initiatives a des impacts sociaux bénéfi ques qui se répercutent bien au-delà d’une seule journée.

Imprimer

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte