Accueillez un volontaire en service civique grâce à notre agrément

Affiche service civique

La Fédération des acteurs de la solidarité est agréée pour accueillir des jeunes volontaires engagés en service civique.
Grâce à cet agrément, les structures adhérentes peuvent accueillir un ou plusieurs volontaires en service civique âgés de 18 à 25 ans (30 ans pour les personnes en situation de handicap) pour une durée de 8 mois, 24 heures par semaine et pour l’une des missions d’intérêt général définies par la Fédération, en appui aux équipes de la structure.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Jeunes majeurs sortant de la protection de l’enfance : une proposition de loi régressive adoptée à l’Assemblée nationale

Le 7 mai dernier, la proposition de loi « visant à renforcer l’accompagnement des jeunes majeurs vulnérables vers l'autonomie » à la sortie de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) déposée par Brigitte Bourguignon, présidente LREM de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale et le groupe LREM, a été adoptée à l’Assemblée nationale.

Cette proposition, soutenue dans sa version initiale par des jeunes anciennement placés à l’ASE et par le secteur associatif, objet d’un consensus au sein de la Commission des affaires sociales lors de son examen en juillet dernier, a pourtant vu son contenu être drastiquement modifié avant d’être adoptée.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Lancement du collectif « Cause Majeur ! » : la Fédération des acteurs de la solidarité se mobilise pour la prévention des ruptures de parcours des jeunes majeur.e.s sortant de l’ASE ou de la PJJ

causemajeur

Une partie des jeunes sortant de l’Aide Sociale à l’Enfance et de la Protection Judiciaire de la Jeunesse ont connu ou connaissent une situation de très grande précarité au moment de la majorité ou une fois la prise en charge via une aide provisoire jeune majeur - ou « contrat jeune majeur » - terminée.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Prévention des ruptures à la sortie de l’ASE : les Conseils Départementaux invités à contractualiser avec l’Etat pour un meilleur accompagnement des jeunes issus de la protection de l’enfance

La violence de la rupture de leur situation lorsqu’ils atteignent la majorité, l’amenuisement des possibilités de prise en charge par les Conseils départementaux au-delà de 18 ans, l’absence d’accès aux minima sociaux couplée à l’impossibilité, pour partie d’entre eux, de faire appel aux solidarités familiales… Les difficultés rencontrées par une partie des jeunes sortant de l’Aide Sociale à l’Enfance, les précipitant brutalement dans une situation précaire, sont à la fois connues de longue date et, jusqu’à ces derniers mois, particulièrement peu objets d’évolution des politiques publiques.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte