Plan Jeunes : entrée en vigueur de plusieurs mesures en faveur de l’emploi des jeunes

Au regard de l’ampleur des conséquences économiques de la crise sanitaire pour les jeunes, le gouvernement a lancé en juillet dernier le Plan Jeunes (« Plan un jeune une solution »), premier volet du plan de relance déployé par l’Etat.

Financé par une enveloppe de 6,5 milliards d’euros sur deux ans, il vise trois objectifs prioritaires :

  • faciliter l’entrée des jeunes dans la vie professionnelle 
  • orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d'avenir
  • accompagner spécifiquement des jeunes éloignés de l’emploi 

La Fédération considère que le plan ne répond pas à l’ampleur des besoins actuels des jeunes, notamment car il ne prévoit aucun progrès concernant l’accès au RSARSARevenu de solidarité active des moins de 25 ans. Par ailleurs, si le plan prévoit l’augmentation du volume de places en Garantie jeunes et en PACEA pour 2021 - qui restent des dispositifs et non des droits - , il n’est pas prévu d’évolution dans leur contenu et les conditions de leur mise en œuvre.

Cependant, le plan contient des mesures– dont certaines commencent à être mises en œuvre – susceptibles d’intéresser les adhérents de la Fédération à plusieurs égards : d’une part dans leurs actions d’accompagnement des jeunes en situation de précarité, mais également de par leur qualité d’employeurs, qu’il s’agisse d’emploi ou d’alternance.

Des mesures immédiatement mobilisables/avec des objectifs fixés pour 2020

Aide à l’embauche : favoriser l’embauche des jeunes de moins de 26 ans par l’instauration d’une compensation forfaitaire de cotisations sociales

>>> Quelle aide ? compensation de charge, versée à l’employeur par l’Agence de Services et de Paiement, de 1000 €/trimestre pour un temps plein pendant 1 an maximum (4000€ max)

>>> Sous quelles conditions ?

  • toute entreprise ou association
  • contrat de travail de plus de 3 mois
  • jeune de moins de 25 ans
  • recruté entre août et janvier 2021
  • avec un salaire allant jusqu’à 2 SMICSMICSalaire minimum interprofessionnel de croissance
  • concernant un poste qui n’a pas fait l'objet d'un licenciement économique en 2020

>>> Comment ?

L’employeur doit adresser sa demande d’aide à l’ASP via une plateforme de téléservice

Objectif en 2020 :450 000 jeunes embauchés

En savoir plus :

Prime aux employeurs recrutant un alternant

  • recrutement en contrat d’apprentissage [formation initiale]:

>>> Quelle aide ?

  • aide de 5 000 euros pour recruter un apprenti de moins de 18 ans
  • aide de 8 000 euros pour recruter un apprenti de plus de 18 ans

Le montant de l’aide sera versé mensuellement par l’ASP.

>>> Sous quelles conditions ?

  • première année d’exécution du contrat d’apprentissage
  • contrats signés entre juillet 2020 et le 28 février 2021
  • jeunes apprentis préparant à un diplôme jusqu’au master
  • entreprises ou associations de moins de 250 salariés ou si plus de 250 salariés, à la condition qu’elles s’engagent à atteindre un seuil de contrats d’alternance ou contrats favorisant l’insertion professionnelle dans leur effectif au 31 décembre 2021, selon des modalités particulières (atteindre 5% de contrats favorisant l’insertion professionnelle au 31 décembre 2021 ou avoir au moins 3% d’alternants dans leurs effectifs au 31 décembre 2021 et avoir connu une progression de 10% d’alternants par rapport à l’année 2020.

>>> Comment ?

Transmission du contrat d’apprentissage à l’Opérateur de Compétences (OPCO) compétent.

Objectif en 2020 :230 000 contrats d’apprentissage bénéficiant de la prime

En savoir plus :

  • recrutement en contrat de professionnalisation [formation continue] :

>>> Quelle aide ?

  • aide exceptionnelle de 5 000 euros pour recruter un alternant de moins de 18 ans
  • aide exceptionnelle de 8 000 euros pour recruter un alternant de plus de 18 ans et moins de 30 ans

Le montant de l’aide sera versé mensuellement par l’ASP.

>>> Sous quelles conditions ?

  • première année d’exécution du contrat d’apprentissage
  • contrat signé entre juillet 2020 et le 28 février 2021
  • jeune préparant à un diplôme jusqu’au niveau licence professionnelle
  • entreprises de moins de 250 salariés ou si plus de 250 salariés : doivent atteindre un seuil défini de contrats favorisant l’insertion professionnelle (apprentissage, contrats de professionnalisation, VIE, CIFRE) dans leurs effectifs en 2021

>>> Comment ? Transmission du contrat de professionnalisation à l’Opérateur de Compétences (OPCO) compétent. Chaque mois d’exécution du contrat, l’employeur doit transmettre le bulletin de paie du salarié du mois concerné à l’ASP.

Objectif en 2020 :100 000 contrats de professionnalisation bénéficiant de la prime

En savoir plus :

Allongement du délai d’accueil en Centre de Formation

>>> De quoi s’agit-il ? Dispositif dérogatoire qui permet aux jeunes d’être accueillis en CFA, jusqu’à 6 mois –plutôt que 3 mois maximum- après le début du cycle de formation, sans contrat d’apprentissage. 

>>> Sous quelles conditions ?Entrée en formation entre le 1er août et le 31 décembre 2020.

Augmentation du volume des Contrat Initiative Emploi (CIE) par les entreprises du secteur marchand

>>> Quelle aide ? Aide pour financer une partie du salaire du jeune embauché, couvrant une partie du coût de l'embauche et de la formation éventuelle (montant de l’aide : jusqu’à 47% du taux brut du SMICSMICSalaire minimum interprofessionnel de croissance par heure travaillée dans la limite de 35 heures/semaine).

>>> Sous quelles conditions ?

  • secteur marchand
  • CDDCDDContrat à durée déterminée d'au moins six mois ou CDICDIContrat à durée indéterminée
  • Suivi du jeune par un référent chargé de son insertion professionnelle

Objectif en 2020 : 10 000 nouveaux « CIE jeunes »

Augmentation du volume des accompagnements intensifs Jeunes (AIJ)

Mis en place au sein de Pôle emploi, les AIJ consistent en des entretiens réguliers avec un conseiller Pôle emploi exclusivement dédiés à cette activité.

Ils s’adressent aux jeunes de moins de 26 ans inscrits comme demandeurs d’emploi.

Objectif en 2020 :70 000 accompagnements intensif jeunes

 

Autres principales mesures du plan 

 

Augmentation du volume de Parcours Emploi Compétences (PEC) 

60 000 nouveaux Parcours Emploi Compétences (PEC), qui reposent sur le triptyque emploi-formation-accompagnement et permettent un accompagnement du jeune tout au long du parcours tant par l’employeur que par le service public de l’emploi, devraient être créés en 2021 et notamment orientés vers des secteurs spécifiques de l’éducation, du numérique ou de la transition écologique.

Augmentation des dispositifs d'accompagnement vers l'emploi : Garantie jeunes et PACEA

  • 50 000 places supplémentaires créées en Garantie jeunes en 2021 et allocation de 497 € rendue cumulable avec la rémunération de stagiaire de la formation
  • 80 000 nouveaux Parcours Contractualisé d’Accompagnement vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA) en 2021 et augmentation du budget dédié au soutien financier des jeunes engagés dans ce parcours.

 Création de nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes proposées aux jeunes sans qualification

Financées notamment par le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC), le plan prévoit la création de 100 000 formations qualifiantes ou pré-qualifiantes dans les secteurs de la transition écologique, des métiers du numérique, soin et santé ainsi que les métiers des secteurs identifiés comme prioritaires dans le plan de relance. Est également prévue une revalorisation de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle.

Développement d’un programme s’adressant aux jeunes décrocheurs entre 16 et 18 ans

Programme de 4 mois porté par l’AFPA et développé via le PIC qui vise à faire découvrir des métiers à 35 000 jeunes (sur 2020/2021) pour construire leur projet professionnel. Le programme prévoit de la formation stricto-sensu et un accompagnement social, des activités autour du sport et de la culture.

Augmentation du nombre de places disponibles dans les formations universitaires, dans les lycées en BTS et en CAP, allongement possible à 3 ans des CAP

Dès 2020, 10 000 formations universitaires supplémentaires devraient être créées, ainsi que 11 700 formations supplémentaires dans les lycées en BTS et en CAP un an. 4 800 élèves devraient être bénéficiaires du CAP en 3 ans.

Développement de mesures pour les lycéens et étudiants en difficulté financière et sociale

  • Ticket U à 1 euro pour les étudiants boursiers
  • Gel des droits d’inscription pour 2020
  • Indexation sur l’inflation du coût des bourses sur critères sociaux
  • Renforcement des prêt-études garantis par l’État

La Fédération informera régulièrement le réseau sur les mesures du plan qui devraient être progressivement mises en œuvre ainsi que sur les questions relatives à son pilotage, et reste mobilisée pour qu’il bénéficie le plus possible aux jeunes en situation de précarité.

Retrouvez ici le dossier de presse du Plan Jeunes

 

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte