Les actions développées par la Fédération avec le soutien du Fond Social Européen

Depuis de longues années, la Fédération des acteurs de la solidarité dispose pour déployer des actions d’ingénierie de projets et d’accompagnement de ses adhérents, d’un soutien financier conséquent du Fond Social Européen, en partenariat avec la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle et la Direction générale de la cohésion sociale. Sur la période 2018-2020, ce soutien permet à la Fédération d’agir pour le retour à l’emploi des personnes en insertion par deux axes principaux.

  • Expérimenter des méthodes de création de partenariats avec les entreprises en vue de l’accès à l’emploi des personnes en SIAE

L’expérimentation Sève Emploi a été initiée par la fédération en 2015, avec le concours financier, notamment, du FSEFSEFonds social européen. De 2015 à 2017, elle a ainsi pu concevoir et lancer ce programme de formation-action des structures de l’insertion par l’activité économique à l’élaboration de partenariats avec les entreprises, pour le retour à l’emploi durable des salariés en insertion. Elle a élaboré le programme de formation, sélectionné les régions et les structures expérimentatrices, le formateur, contribué à l’élaboration du cahier des charges de l’évaluateur externe, mobilisé des partenaires puis lancé et suivi le programme. 90 professionnels travaillant dans 16 SIAE réparties dans trois régions différentes (Centre Val de Loire, PACA, Occitanie) et employant ensemble plus de 1 000 salariés en insertion ont pu alors bénéficier de ce programme de formation.

Forte des résultats positifs de cette expérimentation, la Fédération a proposé à l’Etat une seconde expérimentation puis un essaimage national dans le cadre de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Avec le soutien du FSEFSEFonds social européen, elle a ainsi travaillé en 2018 à l’élaboration d’un référentiel de formation actualisé, tenant compte des enseignements issus de la première expérimentation, à la promotion et la communication sur l’expérimentation auprès d’entreprises et de SIAE – à l’occasion de la journée nationale emploi organisé au CESE le 9 juillet 2018 – à la formation d’animateurs en région au sein des fédérations régionales et enfin, à l’identification des besoins préalables au lancement d’une plateforme de formation en ligne à destination des acteurs de l’insertion. Grâce à ces actions, elle a pu plus largement former 7 nouvelles SIAE de Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire durant l’année 2018.

Le gouvernement ayant retenu la proposition d’essaimage national de Sève Emploi, il s’agit désormais de former, de 2019 à 2022, 315 SIAE sur l’ensemble du territoire et de structurer une animation régionale et nationale permettant d’exploiter pleinement les compétences acquises pour favoriser le retour à l’emploi des salariés en insertion :

  • Les crédits issus de la stratégie pauvreté financeront la formation, les structure suivant la formation, 60 structures pour l’accompagnement dans l’emploi, l’animation régionale et l’essentiel de l’animation nationale.
  • Les crédits issus du FSEFSEFonds social européen seront exclusivement dédiés au financement suivant des activités de l’animation nationale, à savoir :
    • Organiser des rencontres entre structures formées ou en cours de formation et des entreprises, au niveau territorial
    • Conclure des accords de partenariat nationaux avec des grands groupes, facilitant un travail de mise en relation locale voire des programmes intégrés de formation et de recrutement.
    • Former et accompagner des pilotes du programme en région, capables à la fois de sensibiliser les structures IAEIAEInsertion par l'Activité Économique aux pratiques Sève Emploi, de les former ou de les orienter vers la formation et de mobiliser des partenaires autour du programme, notamment des entreprises.
    • Valoriser les résultats des actions et communiquer sur la pertinence et la faisabilité des partenariats IAEIAEInsertion par l'Activité Économique/Entreprises pour lutter contre le chômage et faciliter la compétitivité des entreprises.
  • Professionnaliser les adhérents sur les enjeux et méthodes de coopération, au profit notamment de populations très éloignées de l’emploi

L’exclusion du marché du travail frappe plus durement des personnes exposées à des freins liés à leur état de santé a fortiori lorsqu’elles rencontrent des problématiques d’addiction, à leur parentalité, en particulier dans le cadre de familles monoparentales, à des parcours migratoires traumatisants et à la découverte d’un nouveau pays pour les bénéficiaires de protection internationale ou encore à des parcours d’errance et de décrochage scolaire pour des jeunes. D’autres facteurs de fragilité et d’éloignement de l’emploi sont identifiés, par exemple le manque d’équipement numérique et l’incapacité à utiliser ces nouvelles technologies dans le cadre d’un parcours professionnel.

Face à ces situations, les structures d’insertion sont souvent démunies, faute de compétences suffisantes en interne.

Plus largement, les structures d’insertion sont souvent trop esseulées pour répondre aux problématiques des personnes en insertion mais aussi du territoire. Elles manquent de ressources pour développer des projets d’activité économique susceptibles de créer des emplois, pour améliorer l’accompagnement proposé aux salariés en insertion ou encore pour améliorer leur gestion et leur organisation interne.

Pour apporter des réponses aux adhérents, la Fédération développe différentes actions avec le soutien du FSEFSEFonds social européen, s’appuyant sur des logiques de partage, de coopération et de partenariats.

En 2018, elle a ainsi organisé avec la région Bourgogne-Franche-Comté une formation croisée de professionnels de la santé et de l’insertion par l’activité économique, pour favoriser une connaissance réciproque approfondie des structures et modéliser des types d’actions partenariales à partir de cette expérience.

Elle a également identifié des partenaires possibles pour les adhérents dans le champ de la formation de professionnels à l’accompagnement des personnes en insertion à l’usage du numérique dans leur recherche d’emploi ; de même, elle a repéré des acteurs spécialisés dans l’accompagnement et la formation de jeunes désocialisés et en échec scolaire pour faciliter des orientations de qualité, la mutualisation de ressources et d’outils d’accompagnement voire des parcours intégrés pour ces jeunes.

A partir de ces premiers éléments, elle facilitera en 2019 et 2020 des partenariats entre adhérents de la fédération et ces structures, via la diffusion d’information et l’organisation de temps de rencontre favorisant l’émergence de projets. Elle s’appuiera notamment sur les opportunités offertes par les appels à projet du Plan d’investissement dans les compétences pour rassembler des acteurs et soutenir le dépôt de projets.

Elle développera également une action de formation à l’accompagnement à l’usage du numérique et contribuera au projet du conseil de l’inclusion dans l’emploi de développement d’une formation pour les salariés en insertion, en partenariat avec « We tech care ».

En parallèle, elle travaillera à l’élaboration d’une formation et d’un outillage pédagogique permettant de favoriser l’accès à l’emploi, de droit commun ou d’insertion, de personnes ne maîtrisant pas le français, notamment bénéficiaires de protection internationale. Il s’agira d’analyser le contenu de certains postes de travail et de les formaliser de manière visuelle pour aider les personnes et les professionnels les accompagnants à repérer les compétences nécessaires ainsi que les compétences détenues par les personnes et le cadre de travail, afin que la barrière de la langue n’empêche pas la mise en emploi. Cette démarche sera déployée sur quelques postes de travail au sein d’une même filière, et mise en œuvre auprès d’adhérents d’une ou deux régions pilotes.  

Enfin, la Fédération organisera en fin d’année 2019 une nouvelle journée d’échange sur la coopération ; elle y diffusera un guide méthodologique et de bonnes pratiques de coopération pour l’accompagnement à l’emploi réalisé en 2018 et 2019. Cette journée complètera une journée précédente organisée en 2018 et permettra d’identifier des axes précis d’outillage et d’appui pour 2020, sur une filière précise ou une forme et un objet de coopération particulier.

Imprimer E-mail

Vous n'avez pas encore de compte? Inscrire maintenant!

Connectez-vous à votre compte